Coronavirus : Dix millions d'euros supplémentaires pour venir en aide aux étudiants et aux Crous

UNIVERSITES Ces aides seront affectées à « la satisfaction des besoins alimentaires », « au financement d’outils informatiques » et au soutien financier des étudiants qui avaient un job avant la crise sanitaire

20 Minutes avec agences

— 

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal.
La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

L’objectif est d’assurer qu'« aucun étudiant dans le besoin ne soit laissé de côté ». La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé ce mardi débloquer « 10 millions d’euros supplémentaires » pour le financement des aides spécifiques d’urgence attribuées par les Centres régionaux des œuvres universitaires (Crous).

Les résidences universitaires gérées par les Crous demeurent ouvertes pour accueillir des étudiants n’ayant pas été en mesure de rejoindre le domicile de leur famille comme ils y étaient invités avec la mise en place des mesures de confinement. « Le ministère se mobilise (…) pour trouver des solutions concrètes aux difficultés rencontrées par les étudiants, souvent aggravées par la situation actuelle, notamment pour ceux qui, du fait du confinement, ont perdu un emploi étudiant ou un stage », écrit le ministère de l’Enseignement supérieur dans un communiqué.

Des cartes d’achat alimentaires​

En plus du financement « d’actions en faveur de la santé étudiante, cette nouvelle utilisation de la contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) sera prioritairement affectée à la satisfaction des besoins alimentaires alors que les services de restauration universitaire ont dû être momentanément interrompus ». Des « cartes d’achat alimentaires ou le financement d’épiceries sociales et solidaires » seront mis en place.

L’aide sera aussi affectée « au financement d’outils informatiques ou d’accès Internet » ? Elle permettra aussi de « soutenir financièrement les étudiants qui avaient, avant la crise, un job étudiant ou un stage gratifié dont ils dépendaient pour subvenir à leurs besoins lorsqu’ils ne bénéficient pas déjà des dispositifs transversaux mis en œuvre par le gouvernement (chômage partiel ou aide aux auto-entrepreneurs notamment) ».

Mi-mars, des mesures avaient déjà été annoncées pour soutenir les étudiants face à l’épidémie de coronavirus, comme l’annulation des loyers d’avril pour ceux ayant quitté leur logement en résidence universitaire.