Coronavirus : Dix-huit patients du Grand Est accueillis à Toulouse et Montauban

EPIDEMIE L’arrivée par avion de six premiers patients est prévue ce mercredi à l’aéroport de Blagnac, avant celle de douze autres d’ici à vendredi

Béatrice Colin

— 

Lors d'un pont aérien entre Mulhouse et Bordeaux pour transporter des patients covid-19 dans un état grave. (Illustration).
Lors d'un pont aérien entre Mulhouse et Bordeaux pour transporter des patients covid-19 dans un état grave. (Illustration). — Maucorps/Armee de l'air/SIPA
  • Le premier pont sanitaire aérien entre le Grand Est et Toulouse a lieu ce mercredi.
  • D’ici à vendredi, 18 patients vont être acheminés de Colmar et Mulhouse vers des établissements publics et privés de Toulouse et Montauban.
  • La solidarité entre établissements se traduit aussi par le départ d’une cinquantaine de soignants vers l’Ile-de-France pour renforcer les équipes de réanimation saturées.

La première rotation sanitaire aérienne entre le Grand Est et Toulouse a lieu ce mercredi. Six patients positifs au Covid-19 et dans un état grave sont attendus en début d’après-midi sur le tarmac de l’aéroport d’affaires de Toulouse-Blagnac pour être pris en charge par les services d’urgence de la Ville rose.

Ces malades, sous assistance respiratoire, étaient jusqu’à présent admis dans les centres hospitaliers de Mulhouse et de Colmar, aujourd’hui en situation de saturation, notamment en réanimation.

Ce sont donc ceux du CHU de Toulouse, des cliniques toulousaines de l’Union, des Cèdres et de la Croix du Sud, ainsi que le centre hospitalier de Montauban, qui vont prendre le relais pour les soigner.

Pour faciliter ces transferts, les équipes du SMUR seront accompagnées des forces de l’ordre. « Tous ont à peu près le même profil, ils ont entre 50 et 70 ans et sont dans état respiratoire précaire, tous sont dans un coma artificiel et sous ventilation prolongée pour 15 jours à un mois. Ils peuvent supporter transport sans perte de chance, nous transférons que l’on peut soigner et guérir, ils ont besoin de machines pour respirer », a indiqué le professeur Vincent Bounes, patron du SAMU de Haute-Garonne.

Jeudi et vendredi, d’autres vols sont prévus et doivent permettre d’acheminer 12 autres patients indique l’Agence régionale de santé dans un communiqué. Ils seront pris en charge dans les mêmes établissements de santé.

« L’effort déjà réalisé pour augmenter les capacités d’accueil en réanimation en Occitanie, et la coordination exemplaire des établissements d’hospitalisation publics et privés a permis d’organiser très rapidement la prise en charge de ces patients », indique l’ARS Occitanie. « Sur Midi-Pyrénées, nous avons 245 lits de réanimation possibles dans les établissements publics et privés, et nous avons la capacité de monter en charge de 200 lits. Aujourd’hui nous avons 135 patients hospitalisés dans le public et le privé, il y a une vraie solidarité », a insisté le directeur général du CHU de Toulouse, Marc Penaud.

Les deux unités de réanimation du CHU accueillent en ce moment 60 patients dans un état grave, en augmentation régulière. Sept personnes passées par la réanimation depuis le début de l’épidémie en sont sorties.

Des soignants toulousains en Ile-de-France

La solidarité de la région Occitanie, moins touchée que d’autres, se traduit aussi par l’envoi de moyens humains vers l’Ile de France. Ainsi, 50 soignants, spécialistes de la réanimation, vont aller prêter main-forte à des équipes hospitalières de la région parisienne. « Une première équipe de cinq infirmières partira de Toulouse ce mercredi pour cette mission d’appui », précise l’ARS.