Coronavirus à Paris : 36 malades du Covid-19 transférés en train vers la Bretagne

EPIDEMIE Les patients seront accueillis dans des hôpitaux à Rennes, Saint-Brieuc et Brest

Camille Allain

— 

Coronavirus: Les TGV médicalisés partis de Paris sont arrivés en Bretagne — 20 Minutes

La situation est critique dans les hôpitaux parisiens. Débordée par l’épidémie de Covid-19, la région Ile-de-France a fait le choix de transférer plusieurs patients atteints du coronavirus issus de dix établissements vers trois hôpitaux bretons. Le premier train est parti de la gare d’Austerlitz peu après 11 h et fait route vers Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) où plusieurs patients seront pris en charge. Le TGV ira ensuite jusqu’à Brest, où d’autres malades seront hospitalisés.

Au total, 24 malades se trouvaient à bord du train. Huit seront accueillis au centre hospitalier de Saint-Brieuc, dix au CHU de Brest et six à l’hôpital d’instruction des Armées à Brest. Un second TGV est attendu à Rennes en début d’après-midi. Douze malades seront pris en charge au sein du CHU Pontchaillou.

Deux TGV vont quitter la gare d'Austerlitz ce mercredi 1er avril 2020 pour transférer des malades du coronavirus vers les hôpitaux de Bretagne.
Deux TGV vont quitter la gare d'Austerlitz ce mercredi 1er avril 2020 pour transférer des malades du coronavirus vers les hôpitaux de Bretagne. - Thomas Samson / SIPA

Ces trains médicalisés sont les troisièmes et quatrièmes réquisitionnés pour transférer des malades. La région Pays-de-la-Loire avait déjà accueilli des malades du Grand-Est, autre région sévèrement touchée par l’épidémie. Un autre TGV avait été affrété en direction de Bordeaux.

La région Bretagne est pour l’heure relativement épargnée par l’épidémie de coronavirus. D’après les données de l’agence régionale de santé, 1.040 cas de Covid-19 avaient été diagnostiqués mardi soir. Un chiffre qui ne reflète pas la réalité mais évoque uniquement les cas confirmés. Quarante-neuf personnes étaient mortes mardi dans les hôpitaux de la région. Un chiffre qui ne prend pas en compte les cas hors hôpital comme dans les Ehpad, mais qui reste très éloigné du millier de décès déjà enregistrés dans le Grand-Est.