Coronavirus : « J’aurais préféré accoucher 17 fois que d’avoir le Covid-19 », témoigne Pauline âgée de 31 ans

CORONAVIRUS 20 Minutes a recueilli le témoignage de plusieurs trentenaires ayant contracté la maladie

Caroline Girardon

— 

Un Vidal, bible du médicament pour les médecins, et un stéthoscope. (Illustration)
Un Vidal, bible du médicament pour les médecins, et un stéthoscope. (Illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Ils ont été frappés par le coronavirus alors qu’ils ne pensaient pas être des personnes à risques.
  • 20 Minutes a recueilli les témoignages de plusieurs Lyonnais, ayant contracté une forme sévère du covid-19.
  • Leur point commun ? Etre tous âgés d’une trentaine d’années.

Leur point commun : être dans « la trentaine » et avoir contracté une forme sévère de coronavirus  alors qu’ils pensaient ne pas faire partie des personnes à risques. 20 Minutes a recueilli le témoignage de plusieurs  Lyonnais, fortement secoués par la maladie. A commencer par Pauline, 31 ans. Les premiers symptômes sont apparus le 16 mars. Une toux sèche à laquelle elle ne prête guère d’attention.

« Au départ, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un simple rhume. Je ne me suis pas posé de questions mais très rapidement, la toux a redoublé et s’est fortement intensifiée. Jour après jour, j’ai commencé à me sentir essoufflée. Ce qui ne m’était jamais arrivé », raconte-t-elle. La jeune femme appelle alors un médecin pour une première consultation à distance d’autant que la fièvre s’est installée. « Des petites températures. Pas plus de 38,5° », expose-t-elle.

« Je ne pouvais plus du tout respirer. C’était flippant »

Mathieu, 39 ans, a lui été terrassé par la fièvre en quelques heures. Il a commencé à développer des symptômes au lendemain du placement de la France en confinement. « Cela s’est manifesté en pleine nuit. Assez soudainement. Je toussais légèrement mais je ne m’inquiétais pas », témoigne-t-il. Le trentenaire se réveille trempé de sueur mais grelottant sous ses draps. Verdict : Plus de 39°. La température s’installe et ne redescend guère les quatre jours suivant.

« Je ressentais un essoufflement. J’ai eu des petits moments de panique mais en général, je parvenais à me calmer et respirer mieux quelques minutes après. Au final, c’était assez bénin. Sauf quand je parlais. Je devais faire des pauses pour reprendre ma respiration mais ce n’était pas au point d’appeler le 15 [numéro du Samu]. » Une limite qu’a été obligée de franchir Pauline au cinquième jour.

« Je ne pouvais plus du tout respirer. C’était flippant. La nuit d’avant, je n’avais pas fermé l’œil. » Le médecin débarque alors en urgence chez elle et prend sa saturation en oxygène : 70. « Il m’a dit que si elle était tombée à 50, il m’aurait transférée. Mais qu’il n’y avait de toute façon plus de place dans les hôpitaux. C’était difficile à entendre », poursuit-elle, sans imaginer que le pire allait arriver. « Les deux jours suivants ont été les plus longs de ma vie », sourit Pauline. Après une courte accalmie d’à peine 24 heures, le virus repasse à l’attaque.

Une accalmie avant la rechute

Même chose pour Mathieu. « Au bout de 5 jours, je me sentais mieux. Je respirais normalement et je pensais en être sorti… Mais non, raconte-t-il. Deux jours après, je me suis résigné. » Les gênes respiratoires reviennent. « J’avais à nouveau des courbatures de partout. Aucune énergie. Je n’avais plus de tonus dans les bras et les jambes. Je dormais une grosse partie de la journée sans parvenir à vraiment me lever. J’évitais de bouger pour préserver au maximum le peu de forces que j’avais. »

Au septième jour, Pauline se trouve un état similaire mais plus inquiétant : « J’avais des nausées, des migraines. Mon corps ne pouvait plus bouger. Je n’étais même plus capable de tenir une fourchette dans la main. » La jeune femme s’économise au possible, cesse de parler car le moindre geste lui demande un effort considérable. « J’aurais préféré accoucher 17 fois que d’attraper le coronavirus », poursuit cette maman d'une petite fille de 3 ans. Le médecin revient chez elle et lui explique qu’elle est dans le « pic ». Il faudra encore attendre le dixième jour pour que la maladie s’estompe.

« Avec le Covid-19, pas grand-chose se transforme vite en situation compliquée »

Son compagnon a lui aussi contracté la maladie mais de façon moins violente. Une pathologie antérieure mal soignée a sûrement fait la différence. « Quelques semaines avant, j’avais eu une petite pneumonie. Pas grand-chose. Mais avec le Covid-19, ça s’est transformé en une situation compliquée. Ça a explosé dans les poumons », relate Pauline. Aujourd’hui, la jeune femme va mieux mais reste fatiguée. « Je n’ai jamais ressenti un tel épuisement dans tout le corps », explique-t-elle consciente que la situation devrait encore durer plusieurs semaines. Mais optimiste. « J’ai l’impression d’être née une seconde fois. Retrouver son souffle est une sensation assez incroyable. »

Mathieu reste également « très fatigué ». Et se dit « complètement à plat ». Tout comme Estelle, 38 ans. Mais elle mesure la « chance » de ne pas avoir contracté le virus de façon plus forte.

Fièvre, toux, diarrhées : le diagnostic a rapidement été posé par un médecin lors d’une téléconsultation. « Tout est arrivé de façon progressive. J’ai failli m’évanouir à plusieurs reprises. Ce qui ne m’était jamais arrivé pour une grippe classique. Non, ce n’est vraiment pas une grippe classique. On a passé des sales moments mais cela aurait pu être pire », raconte cette maman de deux enfants, également contaminés.

« Quand j’ai vu mon fils de deux ans comme ça, je me suis beaucoup inquiétée. Il a eu de la fièvre pendant 5 jours avec une très forte toux. Il ne mangeait plus, était complètement apathique », poursuit-elle. Et de conclure : « Cela prouve que, contrairement à ce qui est dit, les petits peuvent aussi l’attraper et être bien malades. »