« Je fais en sorte que les femmes prennent leur pied », se félicite Camille, créatrice du compte Instagram Jemenbatsleclito

ILS FONT LE MONDE DE DEMAIN Camille Aumont Carnel, 23 ans, a créé le compte Instagtam féministe Jemenbatsleclito, qui est devenu un véritable outil d’éducation sexuelle

Charlotte Murat

— 

Grâce à Jemenbatsleclito, Camille libère la sexualité féminine — 20 Minutes
  • Ils ont moins de 30 ans et ont des initiatives positives pour le monde de demain.
  • Ce mercredi, Camille Aumont Carnel, créatrice du compte Instagram au plus de 600.000 abonnés Jemenbatsleclito.
  • Avec l’explosion de son nombre d’abonnés, Camille a mis entre parenthèses sa passion, la cuisine, pour se consacrer à la libération du plaisir féminin et à l’éducation sexuelle des adolescents.

Ils sont encore étudiants ou déjà dans la vie active, bénévoles, chercheurs, salariés, à leur compte, ont monté une entreprise ou une association. Grâce à eux, le futur sera meilleur. 20 Minutes a décidé de donner la parole à des jeunes de moins de 30 ans dont les actions ont un effet bénéfique sur le monde de demain. Deuxième volet de cette série avec Camille Aumont Carnel, 23 ans, créatrice du compte Instagram @jemenbatsleclito.

Ne dites pas à Camille qu’elle est trash. En revanche, cash, ça, oui, elle l’est et elle le revendique, même. A 23 ans, elle est à l’origine du compte Instagram Jemenbatsleclito et à la tête d’une communauté de plus de 600.000 abonnés. Axé sur la sexualité féminine, ce compte Instagram est à son image, sans complexes. « C’est le prolongement de moi. J’ai tout de suite compris que pour pouvoir aborder ces sujets-là il fallait faire tomber le voile. Ce langage très familier casse tout de suite les barrières, c’est comme parler entre potes. Mon compte dit tout haut ce que tout le monde a rêvé de dire sans jamais avoir osé », explique Camille.

Depuis octobre 2008, Camille y raconte sa vie, ses aventures intimes, toutes ces choses qui arrivent aux femmes et dont on ne parle généralement pas. « L’idée m’est venue en entendant des copains parler de sexualité et de jouissance. Ne trouvant nulle part de contenu qui puisse répondre à leurs questions, j’ai décidé de créer le contenu qui moi m’avait manqué, c’est-à-dire un contenu qui te rassure, qui va en même temps pouvoir t’apporter des réponses, un contenu qui va pouvoir te faire marrer sur un ton décomplexé et où tu te dis que c’est la vie de tout le monde, soutient-elle. Je voulais avoir une conversation la plus universelle possible et pouvoir parler de sujets dont on ne parle nulle part et si on en parle, pas de cette manière-là. »

« Toutes les femmes avaient l’impression d’être Jemenbatsleclito »

A grands coups de punchlines, Camille assume sa sexualité, ses désirs, parle de règles, de poils, de vaginisme. Et les internautes suivent. « Je pense que ce qui a fait exploser le compte, c’est que toutes les femmes avaient l’impression d’être Jemenbatsleclito. J’ai répondu sans le vouloir à un besoin de libération de la parole sans passer par mille détours. Je pense que c’était aussi le bon créneau parce que je me suis inscrite dans une atmosphère post- #MeToo. »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Jemenbatsleclito ® (@jemenbatsleclito) le 10 Nov. 2019 à 10 : 32 PST

Avec le succès viennent les responsabilités, et ça, c’était inattendu. « Je me souviens exactement des deux moments où j’ai pris conscience de cela. Le premier, c’était quand j’ai reçu un témoignage de viol. Ça commençait par "Bonjour Camille, je viens d’être violée, tu es la première personne à qui j’ai pensé et la seule à qui je me vois en parler". Le deuxième, c’est quand une petite ado de 11-12 ans m’a écrit "Coucou, je dois faire un exposé sur une figure inspirante féministe et je t’ai choisi". Là j’ai compris qu’il y avait un vrai truc et que j’allais avoir un impact », raconte-t-elle.

« Suis-je normale ? »

Alors Camille se documente toujours plus et répond avec le plus de précisions possibles aux 300 messages et questions qu’elle reçoit par jour : « Beaucoup de mes abonnées sont de jeunes adolescentes qui s’interrogent sur leur sexualité. J’ai une banque de témoignages extrêmement précis, d’une précision que l’on n’oserait même pas donner à son gynéco. Mais je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni avocate. Alors quand je ne sais pas, je n’ai pas peur de le dire et de les renvoyer vers les personnes compétentes. Mais le plus souvent, on me demande "J’ai des pertes blanches, suis-je normale ? J’ai un sein plus gros que l’autre, suis-je normale ?" »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Jemenbatsleclito ® (@jemenbatsleclito) le 23 Juil. 2019 à 2 :03 PDT

Pas vraiment impressionnée par la taille de sa communauté, Camille a tout de même eu le vertige quand il a fallu faire un choix de carrière. Diplômée d’une grande école de cuisine*, elle a quitté son travail pour se consacrer à son compte Instagram. « Je n’ai pas fait une croix sur ma passion, je l’ai mise entre parenthèses parce que j’avais une autre opportunité qui elle était clairement éphémère. Si tu ne choppes pas le créneau au moment où c’est en train de décoller, après on passe à autre chose. La cuisine je peux clairement y revenir quand je veux. J’ouvrirai mon restau », lance Camille.

Faire évoluer les mentalités

Mais en attendant, Camille ne manque pas de projets. Après la sortie d’un premier livre en juin 2019, elle a commencé à écrire un livre d’éducation sexuelle pour les adolescents « sous le prisme de Jemenbatsleclito, avec le ton Jemenbatsleclito ». « Je veux qu’il soit un vrai manuel de référence, de ceux que l’on trouve dans les CDI. Parce qu’au niveau de l’Education nationale, il ne se passe pas grand-chose, on n’aborde la sexualité que sous l’angle de la reproduction », avance-t-elle. Camille travaille également à l’écriture d’un one-woman show, « qui s’appellera Jemenbatsleclito sur scène ».

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Jemenbatsleclito ® (@jemenbatsleclito) le 15 Nov. 2018 à 3 :04 PST

A-t-elle le sentiment de contribuer à changer le monde ? La réponse est « oui ». « Je fais évoluer les mentalités et je fais en sorte que les femmes prennent leur pied, et ça n’a pas de prix. Parce qu’une femme qui prend en main sa sexualité, elle prend en main tellement de choses, clame-t-elle. Je fais évoluer les choses, pas aussi vite que je le voudrais, mais de la manière dont je le veux. Je peux me faire écraser demain, je mourrai sereine. »

*Camille a également créé le compte Instagram Jedisnonchef, sorte de #MeToo de la cuisine.