Coronavirus dans le Grand-Est : Un avion atterrit avec plus de 7 millions de masques médicaux

EQUIPEMENTS Un Antonov-124 s’est posé ce lundi dans la Marne avec un chargement de plus de 7 millions de masques commandés en Chine par l’État pour faire face à l’épidémie

C.Mo. avec AFP

— 

Les masques doivent être acheminés en fin de semaine vers les hôpitaux.
Les masques doivent être acheminés en fin de semaine vers les hôpitaux. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

L’aéroport marnais est au cœur de la zone la plus touchée par l’épidémie de Covid-19 : les régions Grand-Est et Ile-de-France. Un avion-cargo transportant près de 10 millions de masques médicaux a atterri ce lundi à Paris-Vatry.

Arrivé peu après 14 heures sur un tarmac étroitement surveillé, l’appareil contenait « environ 7 millions de masques » commandés par l’Etat, ainsi que « d’autres issus de dons faits à la France par des entreprises chinoises », a indiqué le préfet de la Marne, Pierre N’Gahane.

900 millions de masques d’ici à juin

Il s’agit de la deuxième livraison en provenance de Chine, après celle effectuée dimanche à l’aéroport de Roissy par un avion de transport d’Air France – affrété par le logisticien Bolloré selon plusieurs sources proches du dossier – qui contenait 5,5 millions de ces masques.

L’aéroport de Paris-Vatry réceptionnera « la très grande majorité des masques commandés par l’Etat », soit « environ 600 millions de masques sur la période de crise, pour culminer à 900 millions d’ici juin », a précisé le préfet. « Quelques tests vont être réalisés, puis les masques seront stockés » dans un lieu sécurisé et « acheminés progressivement » vers les hôpitaux et autres « points identifiés par le gouvernement (…) dès la fin de la semaine », a-t-il ajouté.

Un Rafale pour sécuriser la livraison

Pour « sécuriser les stocks », la préfecture a « mobilisé deux sections de gendarmerie » et « bénéficie de l’appui de l’opération Résilience ». Ce lundi après-midi, un avion de type Rafale patrouillait également au-dessus de l’aéroport.

L’appareil, un Antonov-124 de la compagnie Volga, « est le premier d’une noria de rotations affrétées par le logisticien Geodis pour le compte de l’État », a affirmé Eric Martin-Neuville, directeur général de l’activité commission de transport international de Geodis. Quatre rotations sont prévues chaque semaine avec deux appareils de ce type. L’Antonov-124 peut transporter 650 m3 de marchandises, soit 10 à 13 millions de masques par vol, selon lui.

Provenance : Shenzen et Shanghai

Les vols sont assurés depuis Shenzhen et Shanghai et les avions doivent se ravitailler en route à Krasnoïarsk, n’étant pas en mesure d’effectuer le vol direct vers Vatry, situé à 150 kilomètres à l’est de Paris, qui dispose d’une zone cargo dédiée au fret.

Samedi, le gouvernement avait annoncé l’instauration d’un pont aérien avec la Chine pour acheminer en toute sécurité des cargaisons de masques, dont les soignants manquent cruellement pour se protéger face à l’épidémie de Covid-19.