Coronavirus en Vendée : Aux Sables-d'Olonne, le maire interdit de rejoindre sa résidence secondaire

VACANCES Un arrêté visant à interdire «toute nouvelle occupation de résidences secondaires» a été signé afin de limiter la venue de nouveaux arrivants

Julie Urbach

— 

La plage et le remblai des Sables d'Olonne (Vendée).
La plage et le remblai des Sables d'Olonne (Vendée). — JS Evrard/AFP
  • Le maire Yannick Moreau veut « affirmer un message clair, un message de protection ».
  • Il a signé deux textes, l’un visant à interdire « toute nouvelle occupation de résidences secondaires », l’autre pour rendre impossible « les locations d’hébergement touristique ou de courte durée ».

Il veut « prévenir » ou « tout au moins limiter », la venue d’une deuxième vague. Aux Sables-d’Olonne, en Vendée, le maire Yannick Moreau vient de signer plusieurs arrêtés que 20 Minutes a pu consulter, visant à dissuader l’arrivée de nouveaux habitants dans la station balnéaire. Le premier texte, pris vendredi, vise à interdire « toute nouvelle occupation de résidences secondaires ». Le second rend impossible « les locations d’hébergement touristique ou de courte durée ». Un troisième texte doit être signé ce lundi pour permettre aux personnels soignants et du BTP de déroger à cette règle.

Si les mesures de confinement interdisent en théorie ce type de déplacement, le maire Yannick Moreau veut « affirmer un message clair, un message de protection ». Sur Facebook, l’édile s’adresse directement à ceux qui auraient pour projet de rejoindre la côte, notamment à l’occasion des vacances de Pâques qui arrivent à grands pas. Ces derniers « doivent savoir qu’en cherchant à venir aux Sables-d’Olonne ils prennent le risque de rejoindre un secteur déficitaire en médecins, déjà mis sous tension par le Covid-19, écrit-il. Alors que leur ville ou département d’origine est généralement mieux pourvu et donc plus sécurisant. »

« Insouciance incivique »

Ces derniers jours, des tensions sont nées ça et là après l’arrivée massive de nouveaux habitants sur le littoral. Aux Sables-d’Olonne, « la douceur du soleil de printemps et une forme d’insouciance incivique sont passées par là », confirme le maire, après que le préfet de la région a plusieurs fois fustigé l’attitude de certaines personnes, « se croyant en vacances ».

Les mesures prises dans la commune vendéenne resteront en vigueur jusqu’à la fin de la période de confinement. La ville précise que «le non respect de ces mesures entraine une amende de 135 euros ainsi que la saisine du juge des référés mesures utiles pour qu'il prononce des injonctions à l'égard des propriétaires, des locataires ainsi que des plateformes de location».