Coronavirus à Lyon : Une étude nationale menée pour connaître les impacts du confinement

RECHERCHE ll s'agit de savoir si les gens ont modifié leurs habitudes et si cela impacte leur santé mentale et leurs relations sociales

Caroline Girardon

— 

L'étude menée à Lyon vise à connaître l'impact du confinement (illustration).
L'étude menée à Lyon vise à connaître l'impact du confinement (illustration). — AMAZON
  • Une chercheuse lyonnaise pilote une étude nationale afin de mesurer les impacts du confinement.
  • Il s’agit notamment de savoir si les gens ont modifié leurs habitudes.
  • Et si cela affecte également les relations sociales.

Consommation d’alcool, couchers tardifs, addiction au sport, nouvelle alimentation… Avez-vous changé vos habitudes depuis le placement de la France en confinement ? Êtes-vous du genre à passer désormais des heures au téléphone avec vos proches ou vos nerfs sont-ils régulièrement mis à rude épreuve lorsqu’il s’agit de faire les devoirs aux enfants ? A moins que vous n’affrontiez cela avec une certaine philosophie, convaincus que cette période de restrictions modifiera profondément et ultérieurement votre mode de vie ?

C’est ce que tente de savoir la chercheuse lyonnaise Lise Bourdeau-Lepage, spécialiste du bien-être en milieu urbain. Enseignante à l’université, elle a lancé une enquête nationale afin de mesurer les effets du confinement sur la population. Le questionnaire a été posté sur le site du laboratoire UMR « Environnement, ville et société », de l’université Lyon3-CNRS.

Des modifications de comportement tangibles

« On a entendu beaucoup de choses par-ci par-là sans toutefois que l’on puisse vérifier si cela était vrai et comment cette période pouvait impacter le bien-être au quotidien », explique-t-elle, soucieuse par ailleurs de savoir si les relations sociales pouvaient en ressortir modifiées et si les contraintes imposées pouvaient jouer sur le moral des habitants.

« Pour l’instant, on constate des modifications de comportement tangibles. Par exemple, les gens se couchent plus tard et se lèvent plus tard également. Concernant le sport, les pratiques sont en baisse, exception faite des sportifs réguliers, révèle-t-elle avec prudence, préférant ne pas tirer de conclusions trop hâtives. Il est un peu tôt pour en faire une interprétation, les données seront traitées quand le questionnaire sera clos ».

La chercheuse se dit d’ailleurs surprise de la réactivité des internautes. « J’espérais avoir une centaine de réponses la première journée. Au final, il y en a eu 2.000 », dévoile-t-elle. « Cette enquête est menée dans le but de nous rendre utile et de pouvoir, ne serait-ce qu’un peu, éclairer la décision publique, convaincue que c’est notre rôle en tant que chercheur », conclut Lise Bourdeau-Lepage.

Par ailleurs, une autre étude est actuellement menée dans le même but par Human Adaptation Institute en collaboration avec des chercheuses et chercheurs de plusieurs laboratoires et universités de France.