Coronavirus : Deux trains médicalisés vont transporter des patients du Grand-Est vers la Nouvelle-Aquitaine

EPIDEMIE Ils vont être pris en charge dans dix établissements hospitaliers de la région

C.C. avec AFP

— 

Des patients vont être évacués en train du Grand Est vers la Nouvelle-Aquitaine.
Des patients vont être évacués en train du Grand Est vers la Nouvelle-Aquitaine. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

C’est un convoi exceptionnel qui rejoindra dimanche la Nouvelle-Aquitaine. Deux trains médicalisés vont transporter 48 patients du Grand-Est atteints du coronavirus, aussi connu sous le nom de Covid-19, vers la région selon l’Agence Régionale de Santé.

« On se doit de participer à l’effort national alors que pour le moment nous sommes plus épargnés que d’autres par cette épidémie », assure Michel Laforcade, le directeur général de l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Les deux TGV partiront de Mulhouse et Nancy. A leur arrivée, les patients seront dispatchés vers dix établissements de la région : les trois CHU de Bordeaux, Limoges et Poitiers, les hôpitaux de La Rochelle, Bayonne, Pau, l’hôpital d’instruction des armées Robert Piqué, près de Bordeaux, (qui a déjà accueilli 3 patients ce vendredi) ainsi que les hôpitaux de Libourne, Angoulême, Niort et la clinique privée de Bordeaux Nord.

Le trajet a été organisé de manière à ce qu’il y ait ensuite une heure maximum de transport en ambulances depuis la gare jusqu’au lieu d’hospitalisation. Cette opération d’ampleur constitue « à ce jour » la plus importante évacuation sanitaire de patients du Covid-19, mais du propre aveu de M. Laforcade, d’autres transferts encore plus importants pourraient avoir lieu ailleurs.

Un avion militaire en provenance de Mulhouse (Haut-Rhin) a atterri ce vendredi en début d’après-midi à Bordeaux pour une nouvelle évacuation sanitaire de six patients atteints du Covid-19. C’était le second vol de ce type en six jours entre les deux villes. La région Nouvelle-Aquitaine, qui figure pour l’instant parmi les moins touchées par l’épidémie, dispose en « soins critiques » (incluant la réanimation, les soins intensifs et continus) de 1.640 lits dont 569 disponibles.