Coronavirus en Haute-Savoie : Le préfet durcit le ton et interdit à son tour l'accès à la montagne

CONFINEMENT Le préfet de la Haute-Savoie a interdit les balades et activités en montagne dans un rayon de 100 mètres de dénivelé au-delà du lieu de confinement. Des restrictions déjà en vigueur en Savoie et en Isère

E.F.

— 

Illustration de stations de skis au pied du massif du Mont-Blanc. Ici, celle de Saint-Gervais.
Illustration de stations de skis au pied du massif du Mont-Blanc. Ici, celle de Saint-Gervais. — Caroline Girardon/20 Minutes

Un couple et ses enfants retrouvés par les gendarmes de Savoie en train de randonner en ski en plein confinement. Une jeune femme décédée après une chute dans un massif de l’Isère et plus récemment deux randonneurs en difficulté secourus en Chartreuse. Malgré le confinement imposé dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, plusieurs personnes ont continué à pratiquer des activités en montagne ces derniers jours.

Pour faire respecter les obligations en cours sur le territoire national, le préfet de Haute-Savoie a durci le ton en prenant à son tour un arrêté interdisant l’accès à la montagne. « En dépit des mesures de confinement, trop d’activités en montagne, mobilisant les services de secours ont été constatées », regrette sur Twitter le préfet Pierre Lambert, dont l’arrêté interdit tous les déplacements en montagne dans un rayon de 100 mètres de dénivelé au-dessus du lieu de confinement.

Les balades en altitude et bien sûr les activités en plein air sont de fait interdites. « Ces activités, souvent à risque, mobilisent très régulièrement les services de secours et risquent d’engorger les unités d’urgence et de réanimation », ajoute le préfet.

Cet arrêté fait suite à des mesures similaires prises en Isère et en Savoie les 19 et 20 mars par les préfets pour interdire toute activité en montagne.

Des ces départements, comme partout en France, il est possible dans le cadre des dérogations en vigueur de faire des « déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes ».