Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
VOTRE DEROGATION SVPA Toulouse, les contrôles se multiplient avec leur lot de réfractaires

Coronavirus à Toulouse : Rébellion, « récidive », PV… Les contrôles de confinement se multiplient

VOTRE DEROGATION SVP
A Toulouse, la police multiplie les contrôles de confinement. Certains se terminent en garde à vue
Un contrôle de confinement le 26 mars 2020 à Toulouse.
Un contrôle de confinement le 26 mars 2020 à Toulouse. - A. Boissière - DDSP31
Hélène Ménal

H.M.

Aux grands maux, les grands moyens. Ce jeudi matin à Toulouse, au jour 10 du grand confinement pour cause de coronavirus, les polices municipale et nationale ont conjointement procédé à un vaste contrôle des habitants en vadrouille du côté du quartier Arnaud-Bernard, en centre-ville. Piétons, cyclistes, passagers des bus, automobilistes, quelque 300 personnes ont été priées de produire leur fameuse dérogation. Seul le ministère de l’Intérieur communique sur le nombre de verbalisations mais selon nos sources une trentaine de PV à 135 euros ont été distribués. En particulier à ceux qui n’avaient aucun document et vivent tellement confinés qu’ils ignoraient apparemment qu’il en fallait un.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La direction départementale de la sécurité publique (DDSP) indique que des contrôles de ce type sont menés jour et nuit, dans le métro et toute l’agglomération. Certains tournent immanquablement au vinaigre. Mardi soir, la brigade spécialisée de terrain (BST) du Mirail a intercepté dans le quartier de la Fourguette deux jeunes, de 19 et 23 ans, à scooter. Sans casque et sans dérogation. Ils ont insulté les policiers et ont tenté de les frapper. Ils ont fini confinés en cellule de garde à vue.

Le même soir à Tournefeuille, un homme a réussi l’exploit d’être verbalisé deux fois en deux jours. Pour lui, la douloureuse a grimpé jusqu’à 1.500 euros.

Sujets liés