VIDEO. Coronavirus à Rennes : La police sort son drone et ses bateaux pour faire respecter le confinement

EPIDEMIE Les forces de l’ordre ont déployé des moyens d’envergure pour contrôler la population aux abords de la Vilaine et du canal Saint-Martin

Camille Allain

— 

La police de Rennes a utilisé des bateaux pour mener des contrôles liées au confinement dans le cadre de l'épidémie de coronavirus. Lancer le diaporama
La police de Rennes a utilisé des bateaux pour mener des contrôles liées au confinement dans le cadre de l'épidémie de coronavirus. — C. Allain / 20 Minutes
  • D’importants contrôles de police ont été menés ce jeudi à Rennes pour faire respecter les règles de confinement.
  • Les forces de l’ordre ont observé de nombreuses sorties injustifiées ces derniers jours, notamment en raison de la météo printanière.
  • La police s’est aidée d’un drone pour survoler un grand parc et de bateaux pour naviguer sur la Vilaine.

Grand soleil sur Rennes. Les oiseaux chantent et les cerisiers sont en fleurs. Le fond de l’air est frais mais le temps est idéal pour une promenade de printemps. En temps normal, les bords de la Vilaine seraient noirs de monde et les prairies Saint-Martin largement investies par les familles de la capitale bretonne. Mais le temps est tout sauf normal et de drastiques mesures de confinement sont en vigueur ici comme partout ailleurs en France pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. « Une partie de la population a bien intégré les règles, mais une autre semble s’en arranger et ne pas comprendre le danger », résume la commissaire de police Nathalie Frêche.

Ce jeudi, ses services ont déployé d’importants moyens pour contrôler la population. Au-dessus des prairies Saint-Martin, un immense parc naturel situé en cœur de ville, la police judiciaire fait voler son drone. Avec une portée de plusieurs kilomètres, l’engin permet de repérer les promeneurs qui enfreignent la loi. « Le parc est interdit, tout comme le chemin de halage. Nous l’avons beaucoup répété hier et nous avons fait de la pédagogie. Aujourd’hui, nous sommes moins dans la pédagogie », glisse un policier mobilisé. A terre, des patrouilles à vélo et à pied ont multiplié les contrôles et les rappels à l’ordre. Et verbalisé, quand cela était nécessaire. « Nous avons constaté que beaucoup de gens venaient se promener dans ces zones de détente. Il fait beau, on peut comprendre leurs envies mais il y a des règles sanitaires à respecter », martèle la commissaire Frêche.

« On voit que notre présence paie »

Un peu plus à l’Ouest de la capitale bretonne, ce sont les CRS qui officiaient. Pas dans les airs, mais sur l’eau cette fois. Avec leurs deux bateaux, les policiers ont multiplié les allées et venues sur la Vilaine afin de s’assurer que les chemins de halage n’étaient pas fréquentés. L’endroit est généralement prisé des joggeurs et des cyclistes. « Le bateau est un outil qui vient en appui des équipes à terre. Nous allons plus vite et plus loin », explique le commissaire Christian Ghirlanda, directeur zonal adjoint des CRS Ouest. Eux aussi ont multiplié les contrôles mercredi. « Une quarantaine en quelques heures ». Ce jeudi, la situation est plus calme et la plupart des personnes contrôlées sont en règle. Sur 157 contrôles menés ce jeudi après-midi, seuls dix ont donné lieu à une verbalisation. « On voit que notre présence paie », résume le commissaire.

Relativement épargnées par l’épidémie de Covid-19, Rennes et la Bretagne s’attendent à voir le nombre de cas monter ces prochains jours, la « vague » se déplaçant d’Est en Ouest. Mercredi soir, un peu moins de 600 personnes avaient été diagnostiquées positives au coronavirus. Un chiffre sous-estimé et qui risque de fortement grimper ces prochains jours.