Coronavirus : Non, ces photos ne montrent pas des patients soignés à l'air libre en Italie par manque de place

FAKE OFF Des photos prises après un tremblement de terre en Croatie sont présentées à tort comme celles d'hôpitaux surchargés en Italie

Alexis Orsini

— 

Les photos qui prétendent (à tort) montrer un hôpital en Italie.
Les photos qui prétendent (à tort) montrer un hôpital en Italie. — capture d'écran/Twitter
  • Alors que l'Italie affronte tant bien que mal l'épidémie de coronavirus, le manque de moyens médicaux serait bien plus grave qu'on le pense, selon une publication Facebook.
  • Celle-ci affirme, photos à l'appui, que les hôpitaux italiens manquent tellement de place qu'ils sont obligés d'installer leurs patients en extérieur.
  • Mais ces clichés n'ont rien à voir avec l'Italie puisqu'ils ont été pris au sein d'une maternité de Zagreb, en Croatie, peu après un tremblement de terre dimanche dernier.

Des lits installés en plein air, des patients emmitouflés dans des couvertures, des mères qui tiennent leur bébé dans les bras… A en juger par une série de photos partagées sur les réseaux sociaux et par la légende qui l’accompagne, la situation sanitaire liée au coronavirus serait tellement grave  en Italie que des hôpitaux se retrouvent obligés d’installer certains de leurs malades à l’air libre.

« C’est l’Italie. Il n’y a plus d’espace dans les hôpitaux. Réfléchissez à deux fois avant de mettre votre pied à l’extérieur de la maison », affirmait ainsi le commentaire d’un post Facebook reprenant ces différents clichés – mais supprimé depuis.

Le post Facebook sur le prétendu manque de place dans les hôpitaux italiens.
Le post Facebook sur le prétendu manque de place dans les hôpitaux italiens. - capture d'écran/Facebook

Une affirmation et des photos que l’on retrouve aussi dans plusieurs tweets rédigés en anglais.

Or, si l’Italie manque bien de certains moyens médicaux, ces clichés n’ont pas été pris dans la péninsule, mais à Zagreb, peu après que la capitale croate a subi un tremblement de terre de magnitude 5,3, dimanche 22 mars, en pleine épidémie de Covid-19.

FAKE OFF

La recherche inversée d’images permet de remonter à de multiples articles – tous pays confondus – évoquant les conséquences de cette catastrophe, qui a frappé la ville tôt ce dimanche et fait au moins 17 blessés.

On retrouve notamment la photo montrant de femmes avec des bébés dans les bras dans un tweet mis en ligne peu avant 8 heures le 22 mars, avec pour seule légende « la maternité Petrova ». Et l’internaute de préciser dans la foulée : « Tout va bien à ce stade, ni les mamans ni les bébés n’ont été blessés, tout le monde s’occupe d’eux ».

Comme on peut le voir sur Google Maps, les locaux qu’on aperçoit sur cette photo correspondent bien à ceux de la maternité Petrova. Le quotidien croate Večernji avait en outre filmé en direct l’évacuation des lieux : on y voit le bâtiment cubique en arrière-plan et du matériel médical dans la partie extérieure de l’hôpital.

On retrouve en outre, dans l'article de Večernji sur le sujet, plusieurs « des photos de lecteurs » reprises dans le post Facebook viral – dont les patientes équipées d’un masque et emmitouflées dans des couvertures, assises près d’un arbre.

« Les hôpitaux ont notamment été touchés par les secousses. Les jeunes mères se sont ruées hors de la maternité, bébés dans les bras, en pyjamas et blouses d’hôpital. Tous les patients ont été évacués jusqu’à nouvel ordre et la priorité a été donnée à l’évaluation et au rétablissement des structures de soin » racontait pour sa part La Croix tandis qu’une vidéo relayée par The Independent montre l’armée évacuer le matériel médical à bord d’un camion.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.