Non, l'eau potable d'une commune lorraine n'a pas été contaminée par le coronavirus

FAKE OFF Un message de la mairie de Rédange (Moselle) à propos de son eau potable et du coronavirus a suscité l'inquiétude d'internautes

Alexis Orsini

— 

Un robinet d'eau potable (illustration).
Un robinet d'eau potable (illustration). — Pixabay
  • « Du fait de la crise sanitaire due au Covid-19 [...] l'Agence régionale de santé vous conseille de faire bouillir l'eau du robinet avant de la consommer. »
  • Ce message, signé de la mairie de Rédange (Moselle) et très partagé sur les réseaux sociaux, alimente des peurs de contamination au coronavirus par l'eau potable.
  • Contactée par 20 Minutes, la mairie de Rédange confirme l'authenticité du message mais précise que cette recommandation n'a pas de lien avec la crainte d'une contamination au virus via l'eau courante. 

Le coronavirus pourrait-il se transmettre à l’homme par le biais de l’eau courante ? C’est ce que redoutent certains internautes relayant la photo d’un message qui serait signé de la municipalité de Rédange (Moselle), en Lorraine.

« Madame, Monsieur, du fait de la crise sanitaire due au Covid-19 et, par mesure de sécurité, l’ARS (Agence régionale de santé) vous conseille de faire bouillir l’eau du robinet avant de la consommer (jusqu’à nouvel ordre) », affirme ainsi cet « avis à la population » sur la « consommation de l’eau du robinet », signé du maire de la commune et porteur du tampon de la municipalité, ainsi que de son logo et de ses coordonnées.

Le message de la mairie de Rédange qui a semé l'inquiétude.
Le message de la mairie de Rédange qui a semé l'inquiétude. - capture d'écran/Facebook

« Pour quelle raison, on nous cache quoi encore ? », « ALERTE ORANGE/ROUGE FLASH SPECIAL URGENT », s’inquiètent ainsi deux internautes ayant partagé la photo.

FAKE OFF

Contactée par 20 Minutes, la mairie de Rédange confirme être à l’origine du message distribué dans les boîtes aux lettres des habitants mais précise qu’il « n’a aucun lien avec une crainte de diffusion du coronavirus par l’eau potable ».

« La dernière analyse de l’ARS sur la qualité de notre eau potable a constaté un risque de contamination à cause de la turbidité [l’eau trouble] provoquée par les fortes pluies de ces dernières semaines. Nous attendons donc le second contrôle du réseau pour voir si ce problème est réglé mais, à cause du coronavirus [et du confinement], le contrôle n’a pas encore eu lieu », poursuit la mairie.

« La formulation est malheureuse mais ça n’a rien à voir avec une crainte de contamination au coronavirus »

L’eau potable de Rédange a effectivement fait l’objet d’un contrôle sanitaire par l’ARS le 10 mars, comme on peut le vérifier sur le site de la commune. Une analyse qui a permis de constater que « l’eau d’alimentation [est] non conforme à la limite de qualité réglementaire pour le paramètre turbidité ». « La turbidité peut engendrer un risque de contamination microbiologique et perturber la désinfection. Les mesures correctives nécessaires doivent être prises afin de rétablir la qualité de l’eau. Une analyse de recontrôle est en cours », peut-on plus précisément lire dans les conclusions de ce contrôle sanitaire.

« La formulation du message est malheureuse et a semé la confusion dans les esprits, mais cette mesure n’a rien à voir avec une crainte de contamination au coronavirus, et nous sommes assez surpris de l’ampleur que ça a pris sur les réseaux sociaux », conclut la mairie de Rédange.

Si le coronavirus peut subsister pendant plusieurs jours sur certaines surfaces, rien n’indique en effet qu’il puisse survivre dans l’eau consommée par l’homme, qui n’arrive pas telle quelle dans nos robinets. « A l’heure actuelle, il n’existe aucun élément indiquant que le Covid-19 survit dans l’eau potable ou les canalisations », indique ainsi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en s’appuyant notamment sur les caractéristiques connues des coronavirus semblables au Covid-19, particulièrement fragiles face au chlore.

La question est loin de se poser dans la seule commune de Rédange puisque la mairie de Paris s’était fendue de précisions à ce sujet dès le 17 mars. « L’eau de Paris est protégée contre le coronavirus comme elle l’est contre toute menace biologique. Et pour cause, elle est traitée plusieurs fois avant d’arriver dans les foyers », soulignait ainsi le site de la capitale, en rappelant que ce triple traitement – par ozonation, par désinfection aux ultraviolets, et par chloration – « élimine tous les virus ».