Coronavirus : Le gouvernement appelle ceux « qui n’ont plus d’activité » à aider les agriculteurs

CONFINEMENT Les agriculteurs, qui emploient habituellement des travailleurs étrangers pour la cueillette, ont besoin de bras pour continuer à faire fonctionner leurs exploitations

20 Minutes avec AFP

— 

Didier Guillaume à L'Elysée, le 7 novembre 2019.
Didier Guillaume à L'Elysée, le 7 novembre 2019. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Ceux qui « n’ont plus d’activité » en raison de la crise du coronavirus sont invités « à rejoindre la grande armée de l’agriculture française », en quête de main-d’œuvre, a déclaré le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, ce mardi sur BFMTV.

« Il y a aujourd’hui la possibilité d’avoir 200.000 emplois directs dans les métiers de l’agriculture », privée de la main-d’œuvre notamment étrangère qu’elle emploie habituellement pour les travaux des champs, a expliqué le ministre demandant à ceux qui le souhaitent d’aller « dans les champs ».

« Nous avons besoin de 200.000 personnes sur les trois mois qui viennent »

« Je lance un grand appel aux femmes et aux hommes qui ne travaillent pas, qui sont confinés chez eux, qui sont serveur dans un restaurant, hôtesse d’accueil dans un hôtel, coiffeur de mon quartier, qui n’ont plus d’activité… Et je leur dis de rejoindre la grande armée de l’agriculture française, ceux qui vont nous permettre de nous nourrir de façon propre, saine », a-t-il déclaré. « Il faut produire pour nourrir les Français », a-t-il encore clamé en évoquant « un acte citoyen, civil ». Selon le ministre de l’Agriculture, les volontaires « seront salariés par les agriculteurs et on regardera comment les choses pourront se faire ».

« Nous avons besoin de 200.000 personnes sur les trois mois qui viennent », a confirmé la présidente du syndicat agricole majoritaire FNSEA, Christiane Lambert, sur RTL. « Il y avait auparavant des étrangers qui venaient pour cueillir dans les exploitations, ils ne peuvent plus venir mais c’est une nécessité pour les agriculteurs » de récolter la production. « Nous pouvons mettre en place les mesures de sécurité et de distance », insiste la présidente de la FNSEA, qui renvoie vers un site (desbraspourtonassiette.wizi.farm) où les volontaires peuvent se faire connaître.