Coronavirus : Paris ne demandera pas de dérogation sur la fermeture des marchés

CONFINEMENT Edouard Philippe a annoncé de nouvelles restrictions, lundi soir, qui touchent notamment les marchés

20 Minutes avec AFP

— 

Des Français continuent de faire leur marché malgré le coronavirus, ici à Paris, le 19 mars 2020.
Des Français continuent de faire leur marché malgré le coronavirus, ici à Paris, le 19 mars 2020. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La capitale va se plier aux nouvelles restrictions. Il n’y aura plus de marchés à Paris pendant le confinement dû au coronavirus et la mairie n’a pas l’intention de demander de « dérogation », a indiqué le Premier adjoint Emmanuel Grégoire lundi soir, après les annonces d’Edouard Philippe.

« Suite aux annonces du Premier ministre, nous prenons acte des mesures de renforcement du confinement et nous ne demanderons pas de dérogation pour les marchés parisiens », a réagi ce proche d’Anne Hidalgo (PS) sur Twitter.

Dérogations possibles via les préfets

Edouard Philippe a annoncé au JT de TF1 le durcissement des règles de confinement et la « fermeture des marchés ouverts », tout en laissant la possibilité aux préfets de déroger à cette interdiction sur avis des maires. Au sujet de ces dérogations, le Premier ministre avait évoqué le cas de « certains villages » où le marché est « parfois le seul moyen d’avoir accès à des produits frais ».

Dans la journée, la maire de Paris Anne Hidalgo avait déjà saisi le préfet de police Didier Lallement pour « évaluer l’ensemble des risques » et « prononcer dès demain (mardi), le cas échéant, la fermeture des marchés qui poseraient problème », notamment ceux de Barbès et Belleville.

« La question du maintien des marchés alimentaires doit être posée avec lucidité et détermination », estimait la maire de Paris, dans un communiqué avant les annonces de la soirée.