Coronavirus : Sorties sportives limitées, marchés fermés… Edouard Philippe annonce un durcissement du confinement

PANDEMIE Invité du journal de TF1, lundi soir, le Premier ministre a estimé que le confinement pourrait encore durer « quelques semaines »

P.B. avec AFP

— 

Edouard Philippe lors de son intervention sur TF1, lundi 23 mars 2019
Edouard Philippe lors de son intervention sur TF1, lundi 23 mars 2019 — Capture TF1

Il va signer un nouveau décret ce lundi soir, qui s’appliquera dès mardi. Face à la crise du coronavirus, Edouard Philippe a apporté des « précisions » pour durcir les exceptions au confinement. Au programme : des sorties sportives limitées à une heure quotidienne dans un rayon d’un 1 km autour du domicile, une fermeture des marchés ouverts sauf en cas de dérogation demandée par les maires, et des visites médicales restreintes aux urgences et aux soins chroniques. Alors que le Conseil scientifique doit rendre son avis mardi, le Premier ministre a estimé que « le temps du confinement pourrait encore durer quelques semaines ».

« Je sais que beaucoup de nos concitoyens aimeraient pouvoir retrouver le temps d’avant, mais il n’est pas pour demain. Le temps du confinement pourrait durer quelques semaines », a déclaré Edouard Philippe. Le nouveau décret va apporter des restrictions dans trois domaines :

  • Les sorties sportives ou pour promener un chien seront limitées « à 1 heure, une seule fois par jour, tout seul, dans un rayon maximum de 1 km autour de chez soi ». Il faudra donc inscrire l’horaire, en plus de la date, sur l’attestation.
  • Les marchés ouverts seront fermés mais « les préfets, sur avis des maires, pourront déroger à cette interdiction », selon le Premier ministre, notamment dans les villages.
  • Les visites chez le médecin doivent être limitées « aux urgences et aux soins programmés », notamment pour les maladies chroniques.

« Besoin d’une réserve civique »

Disant « chapeau » aux personnels soignants, Edouard Philippe a promis une « montée en puissance pour être capable de faire face à cette vague », notamment en « augmentant le nombre de lits en réanimation ou en soins intensifs » et en « garantissant à tous les soignants un accès au matériel indispensable : masques mais aussi blouses, lunettes, charlottes ou respirateurs ».

« Nous avons besoin d’une réserve civique pour accompagner les personnes âgées, en veillant à respecter les consignes de sécurité que nous imposons et notamment le confinement », a encore estimé le locataire de Matignon. Il a appelé les plus jeunes à, par exemple, aller faire les courses pour une personne âgée en laissant les commissions sur le palier.

Pas de couvre-feu national prévu pour l’instant

Du côté des verbalisations, les 135 euros d’amende forfaitaire doivent passer à 1.500 euros en cas de récidive « dans les 15 jours ». Et alors qu’une trentaine de villes ont imposé un couvre-feu, « nous ne voulons pas le faire à l’échelle de tout le pays », a assuré Edouard Philippe. Mais selon lui, l’Etat « n’hésitera à prendre des mesures de couvre-feu là où la situation sanitaire l’impose », en concertation avec les maires et les préfets.

Selon le Premier ministre, « nous ne sommes pas dans une logique de confinement absolu et général du pays, il faut que les gens mangent et que d’autres produisent ». Mais il l’a martelé : « Il faut que nos concitoyens respectent très strictement les consignes de restriction ». Il s’agit selon lui « d’un effort de solidarité nationale ».