Coronavirus : Neuf projets contre le Covid-19 en 48 heures, le pari fou (et réussi) de Hack La Crise

INITIATIVE En deux jours de Hackathon, une soixantaine de personnes ont collaboré en ligne pour créer neuf projets permettant d’aider les personnes touchées directement ou indirectement par le Covid-19

Laurent Bainier

— 

Des sites pour distribuer le matériel, améliorer les diagnostics ou encore aider les aidants... Le panel des solutions proposées est large
Des sites pour distribuer le matériel, améliorer les diagnostics ou encore aider les aidants... Le panel des solutions proposées est large — GILE Michel/SIPA
  • Un jeune consultant en marketing digital a lancé sur LinkedIn un appel vidéo appelant à utiliser le temps du confinement pour développer des solutions en ligne contre le Covid-19.
  • Une soixantaine de volontaires ont collaboré ce week-end pour créer neuf sites apportant de l’aide aux personnes touchées directement ou indirectement par le Covid-19.
  • Les nouveaux sites doivent encore être peaufinés et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour les améliorer.

Un site pour améliorer le diagnostic des échographies de poumons. Une plateforme de redistribution du matériel de protection. Un site de soutien en live pour les élèves de maternelle et de primaire… Il y a trois jours, ces services n’étaient encore que de vagues idées. Aujourd’hui, ce sont des services en ligne déjà fonctionnels ou à quelques heures de l’être. Tout ça grâce au formidable élan créatif soulevé par  Hack La Crise, un hackathon, lancé ce week-end par Estelle Pierre et Sébastien Morel.

Le projet naît aux premières heures du confinement, d’une vidéo de Sébastien Morel postée sur LinkedIn. « Nous allons libérer un temps considérable en arrêtant quasiment toutes nos activités extérieures, constatait alors le jeune homme. Essayons de rendre utile et solidaire ce temps. Je vous propose de lancer un grand hackathon, 100 % en ligne pour aider les personnes impactées directement ou indirectement par le Covid-19 ».

Neuf projets voient le jour

C’était une « bouteille à la mer, lancée à l’arrache depuis mon ordi », reconnaît aujourd’hui le consultant en marketing digital. 23.000 personnes la visionnent. 700 proposent leur aide, rejoignant le projet sur la plateforme de communication collaborative Slack. Les projets sont posés à l’écrit, détaillés ; de premières pistes voient le jour. Les rendez-vous sont pris, le hackathon peut commencer.

Sur les centaines de personnes intéressées, soixante participent activement au développement. Neuf projets sont sélectionnés, répondant tous au cahier des charges initial : des services 100 % gratuits, en ligne, prototypables en 48 heures et répondant à un réel besoin, comme le chantier #EchographieDePoumons, qui permet à des médecins de recueillir en toute sécurité des avis de confrères sur des échographies.

Rogner sur les week-ends

C’est aussi le cas d’Aidons les aidants, une plateforme qui permet de proposer son aide aux proches des aidants, « parce que les aidants eux-mêmes n’ont pas le temps de demander de l’aide », explique Guillaume Lujan, qui a contribué ce week-end au développement du service. Le site, une sorte de Leboncoin répondant aux besoins matériels ou de services des soignants, n’est pas encore totalement prêt mais il a avancé à grands pas pendant le week-end. L’ingénieur, développeur free-lance, va aider à le finaliser. « J’ai la chance d’avoir encore mon boulot donc je continue de travailler la journée, mais j’accorderai une heure à deux heures et du temps sur mes week-ends » pour le mener à son terme.

Kevin Bravo fera de même pour améliorer SOSéquipements.fr, un site lancé ce dimanche qui permet d’acheminer le matériel de protection aux personnes qui en ont besoin. « On est parti d’un constat simple, explique le consultant en marketing : d’un côté les soignants ont de gros besoins en matériel de protection et de l’autre des entreprises et individus proposent leurs stocks de matériel, mais entre les deux c’est un peu le bazar. Alors on a créé une plateforme qui permet de simplifier la mise en relation. Si un médecin a une demande de surblouses à Bordeaux et que des viticulteurs en ont en rab', on fait le lien. »

La plateforme est accessible, mais comme pour tous les projets nés ce week-end, « il faut encore la peaufiner, la marketer et la pousser pour qu’un maximum de personnes en ait connaissance », explique Sébastien Morel. Pour y parvenir, Kevin Bravo réduira un peu le temps qu’il consacre à son vrai travail et l’investira dans le projet.

Recherche enseignants bénévoles

Comme l’a fait Laure Guérin-Taquet, investie sur le projet La Classe à la maison. Cette entrepreneure et DRH à temps partagé n’a pas le profil tech classique des participants à un hackathon. Mais elle est arrivée avec un problème à résoudre, des ébauches de solutions et un enthousiasme débordant. « J’ai un petit garçon de 5 ans à la maison. Je voulais regrouper des ressources en ligne pour pouvoir lui faire cours, mais au final c’était à moi d’enseigner et je n’ai aucun talent pédagogique. Et ce n’est pas fun pour lui, détaille-t-elle sans respirer. On a finalement créé un site où des enseignants donnent en live du soutien scolaire à des enfants de la maternelle au primaire, avec possibilité pour les parents de poser des questions et pour les enfants de rentrer dans la classe virtuelle à tout moment. »

Le site est lancé. Il ne manque plus que les enseignants pour donner les cours. « On en veut 36 par jour, pour qu’ils ne fassent qu’une heure de cours chacun, à chacune des six classes. Lancez l’appel ! », nous exhorte Laure avant de raccrocher pour reprendre un appel avec son équipe.

Rester chez soi, sortir de la morosité

« C’est formidable ce qui s’est passé, commente Sébastien Morel. Tous ces gens qui ne se connaissaient pas et qui ont travaillé ensemble… » « On a fait ça pour les autres, mais aussi un peu pour nous, affirme Guillaume Lujan. Dans cette situation, on est nombreux à avoir pris un coup de massue. Ce hackathon nous permet de sortir de la morosité… » Avis à celles et ceux qui voudraient les imiter, toutes les bonnes volontés sont encore les bienvenues pour HackLaCrise.

Cette initiative nous a été signalée via notre newsletter « Restez positifs chez vous »… Pensez à vous abonner :