Coronavirus : A Vénissieux, pour faire cesser les infractions au confinement dans les quartiers, la mairie exige des renforts policiers

TENSIONS La maire de Vénissieux Michèle Picard demande à la préfecture du Rhône de renforcer les effectifs de police nationale après un début de confinement pas toujours simple à faire respecter par les seuls agents municipaux

Elisa Frisullo

— 

Le 17 septembre 2019. Illustration police. Ici, au commissariat de Vénissieux, vers Lyon.
Le 17 septembre 2019. Illustration police. Ici, au commissariat de Vénissieux, vers Lyon. — E. Frisullo / 20 Minutes

Des rassemblements, des activités illicites et diverses infractions. A Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, le confinement n’a pas l’air d’une mince affaire pour la maire PCF de la ville Michèle Picard. Après avoir été alertée tout le week-end des abus d’une minorité d’habitants, cette dernière a demandé ce lundi à la préfecture du Rhône un renfort de la police municipale sur sa commune.

Dans un courrier adressé à Emmanuelle Dubée, préfète déléguée pour la défense et la sécurité, la maire détaille les infractions notées ces derniers jours. « Je trouve absolument inacceptable que des personnes sur notre commune, puissent par irrespect, inconscience ou délinquance, profiter de cette situation pour adopter des comportements totalement inappropriés mettant en danger la santé de tous par des rassemblements aux formes aussi diverses qu’illégales. Sans compter la poursuite d’activités illicites et d’infractions routières », détaille Michèle Picard dans ce courrier envoyé à la presse.

Des riverains exaspérés

Pour que cessent ces abus, « que la police municipale à elle seule ne peut traiter », elle demande des renforts de la police nationale, « insuffisante » à ce jour, ou de forces de sécurité de l’Etat sur la commune et dans ses quartiers.

« Le maintien de l’ordre reste en effet une compétence régalienne de l’Etat et la ville de Vénissieux attend de lui des décisions fortes en cette période difficile que nous traversons », ajoute la maire, qui note une exaspération des habitants qui respectent à la lettre le confinement.