Coronavirus : 127 jours seul en confinement… L’homme au tonneau vous livre ses conseils

SANTE Jean-Jacques Savin a traversé dans la plus grande solitude l’Atlantique il y a tout juste un an

Propos recueillis par Clément Carpentier

— 

Le tonneau flottant de Jean-Jacques Savin.
Le tonneau flottant de Jean-Jacques Savin. — Tonnellerie Boutes
  • La France entre ce lundi dans sa deuxième semaine de confinement en raison de l’épidémie de coronavirus Covid-19.
  • Parti se mettre au vert depuis quelques jours, Jean-Jacques Savin connaît cette situation après sa traversée en solitaire de l’Atlantique dans un tonneau à la dérive en 2019.
  • Pour garder le moral, l’aventurier girondin livre à 20 Minutes cinq conseils à suivre.

C’est un expert en confinement. Un homme qui a passé 127 jours à la dérive dans un tonneau de trois mètres de long sur deux de large afin de traverser l’Atlantique il y a un an. L’aventurier girondin Jean-Jacques Savin a connu récemment ce que vivent aujourd’hui des millions de Français en raison de l’épidémie de coronavirus Covid-19 à une différence près : « Moi j’ai choisi, là on nous l’impose », rappelle-t-il tout de suite.

Malgré cette nuance très importante, il est donc bien placé pour nous donner quelques conseils pour tenir ce confinement si précieux pour réduire la propagation du virus. Une situation très particulière qui lui vaut quelques appels de connaissance : « Ils ne vont pas bien, ils s’ennuient, certains vont tomber en dépression », explique Jean-Jacques Savin. Alors pour éviter cela, il livre quelques-uns de ses secrets à 20 Minutes pour garder le moral coûte que coûte notamment quand on est seul.

  • Perfectionner ou découvrir une passion

« Avec ce confinement, la plupart des gens ont tout le temps devant eux. L’agenda est souvent complètement vide. D’une certaine manière, on est libre même si on est enfermé. Il n’y a pas la contrainte de l’emploi du temps. Par exemple, je n’ai plus du tout de conférence en ce moment. C’est donc le moment de perfectionner l’une de ses passions ou même de s’en découvrir une. Je pense à la peinture, au dessin, à la musique… C’est le moment de progresser sur l’instrument que l’on pratique. Avoir une passion, ça aide vraiment dans ces moments-là. »

  • Faire le vide dans sa tête

« Pour moi, ces périodes de confinement me permettaient de me retrouver seul avec mon esprit. C’est un très bon moment pour faire le vide. Lors de mon voyage, je pratiquais la médiation. C’est très bon. Aujourd’hui, on peut facilement trouver des conseils sur Internet. »

  • Halte aux réseaux sociaux

« Je conseille aux gens de ne pas trop se gaver des réseaux sociaux. Oui, c’est bien pour garder du lien mais il faut savoir décrocher aussi. Je sais que c’est compliqué pour certains notamment les personnes seules chez elle. Mais il faut y arriver, surtout avec les nouvelles que nous avons aujourd’hui. Je conseille de se réfugier dans la nature. De l’observer. On va voir des choses que l’on avait jamais vues avant même depuis un balcon. C’est peut-être aussi le moment de réfléchir à ce sujet. »

  • Apprendre une langue étrangère

« Ce n’est pas révolutionnaire ce que je vais dire mais la lecture permet de meubler des grands moments tous les jours. Ecrire aussi. Je le faisais beaucoup lors de cette traversée. Ça permet de ne pas penser au moment présent parfois. C’est un moyen de s’évader et on en a énormément besoin dans cette période. C’est aussi peut-être le moment d’apprendre une langue étrangère ou de s’y remettre. Moi, j’ai prévu de le faire lors de mon prochain voyage (la traversée de l’Océan Indien prévue en 2021). »

  • Modifier son lieu de vie

« Quand on est enfermé comme ça, changer la décoration de son appartement ou de sa maison, ça peut faire du bien. Déjà ça occupe (sourires). On a du temps pour enfin faire des choses que l’on avait prévu depuis longtemps. On change également l’endroit où on est confiné, ça peut faire du bien à la tête. La nouveauté, c’est toujours bon pour le moral. »