Coronavirus : Jean-Michel Blanquer envisage un retour en classe le 4 mai

ECOLE Cette hypothèse, qui reste le « scénario privilégié » par le ministre, est amenée à évoluer en fonction de l’évolution de l’épidémie due au coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Michel Blanquer, le 14 mars 2020 à Paris.
Jean-Michel Blanquer, le 14 mars 2020 à Paris. — Thomas SAMSON / AFP

La classe à domicile va durer quelques semaines encore. Le retour des élèves dans les établissements scolaires est envisagé au 4 mai, a annoncé dimanche le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. Un scénario « privilégié » mais reste « tributaire de l’évolution de l’épidémie » de Covid-19 en France.

« Ce n’est pas une annonce car tout sera conditionné à l’évolution du coronavirus et nous appliquons ce que nous dit le ministère de la Santé », a précisé l’entourage du ministre auprès de l’AFP. « On se prépare à tout. Le scénario privilégié est celui d’un retour en classe après les dernières vacances de printemps, le 4 mai, mais nous sommes évidemment tributaires de l’évolution de l’épidémie », a indiqué Jean-Michel Blanquer dans une interview au Parisien.

Le maintien du bac et du brevet, « la principale option »

Depuis lundi, tous les établissements scolaires et universitaires sont fermés en France pour lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus. Interrogé pour savoir si l’année scolaire pourrait être prolongée et les congés d’été rabotés, le ministre a indiqué que « le but n’est pas de toucher aux vacances ».

Si le scénario d’un maintien du bac et du brevet en fin d’année reste « la principale option » à ce stade, le ministère travaille « sur différents scénarios en fonction de la durée du confinement ». Parmi ces hypothèses, « il y a la prise en compte, importante ou partielle, du contrôle continu », a expliqué également Jean-Michel Blanquer.

Concernant les inégalités entre enfants liées à l’école à la maison, le ministre a assuré que serait mis en place après la crise « des modules de soutien gratuits pour les enfants les plus en difficulté », « au moins à la fin du mois d’août ».