Coronavirus : La galère des couples dont le mariage est annulé à cause du Covid-19

EPIDEMIE Le printemps marque traditionnellement l’ouverture de la saison des mariages, mais ils ont été annulés en nombre en France en raison de l’épidémie de coronavirus

Mathilde Ceilles

— 

Illustration de mariage, ici en Bretagne
Illustration de mariage, ici en Bretagne — GILE Michel/SIPA

C’est l’une des conséquences quelque peu inattendue de l’épidémie de coronavirus en France. Chaque année, environ 220.000 couples de l’Hexagone passent devant monsieur le maire pour sceller leur union. Mais en ce début de printemps, certains qui s’apprêtaient à se dire oui ont dû ranger cotillons et fleurs, la mort dans l’âme, en raison de la crise sanitaire que traverse la France.

Si plusieurs couples ont pris d’eux-mêmes cette décision, pour éviter les rassemblements et protéger leurs proches, d’autres n’ont même pas eu le choix. En effet, bien qu’officiellement, aucune obligation en la matière n’ait été promulguée par le gouvernement, plusieurs mairies refusent actuellement d’unir leurs administrés pour se mettre en conformité avec les mesures gouvernementales.

« A Aix-en-Provence, les mariages sont annulés jusqu’au 11 avril, confie ainsi un porte-parole de la municipalité. C’est pour l’heure reporté, mais nous n’avons pas de date, puisque nous n’avons pas de visibilité sur l’avenir… »

Des problèmes de trésorerie

D’autres mairies acceptent de célébrer les mariages, mais en tout petit comité, et en respectant les distances de sécurité, y compris entre les époux. « La mairie nous a quand même proposé de célébrer l’union, mais uniquement avec nous – encore heureux –, nos deux enfants et nos deux témoins, ironise Laëtitia. Et la salle, le traiteur, le DJ, bref, tout le monde a annulé sa prestation. Pas de musique, pas d’invités, pas de fleurs, une cérémonie rapide et sans embrassades même entre mariés. On a préféré reporter. Dur, dur quand on sait que je prépare ce mariage depuis dix ans et que de nombreux invités viennent de l’étranger. On ne sait pas encore comment gérer tout ça. La déception est grande. »

Outre le stress, de nombreux futurs mariés malchanceux craignent d’avoir quelques soucis avec… leurs banquiers. « Je devais me marier le 25 avril en Allemagne, raconte Adèle. J’ai déjà payé la moitié de ma robe dans une boutique parisienne. Je ne sais pas ce que je vais en faire, si je garde la robe ou s’ils vont la remettre en vente. Quant au restaurant, j’ai versé un acompte et je ne sais pas encore comment ça va se passer. » « Je suis assez désespérée car je devais me marier à la date du 11 avril, confie Lili. J’éprouve des difficultés avec mes prestataires (salle de réception et traiteur) qui ne veulent pas nous rembourser afin de trouver des solutions qui nous arrangent. En effet, les dates qu’on nous propose pour reporter ne nous conviennent pas… »

Le casse-tête du report

C’est en effet un autre casse-tête : une fois le mariage annulé, il faut trouver une nouvelle date pour célébrer enfin ce mariage tant attendu, quand c’est possible… « On est juste dégoûtée, soupire Jennifer. A J-27, le mariage étant prévu pour le 11 avril, on apprend la fermeture des restos et le possible confinement qui suivrait… Tout nous a paru irréalisable l’espace d’une heure… Puis on s’est réorganisé avec notre restaurateur. Seul souci ; vu le confinement il n’y a personne à la mairie au service mariage pour nous répondre afin de réserver une autre date en septembre. La patience est mise à rude épreuve une seconde fois… »

En la matière, sur les plannings des mairies et des spécialistes du mariage, il risque d’y avoir embouteillage, une fois la crise sanitaire passée, puisque la demande pourrait être accrue. Aussi, dans le choix de la date, mieux vaut être stratégique, à l’image d’Erika, qui devait se marier le 4 avril prochain dans la région nantaise. « On va bien se marier en avril, mais en 2021, plaisante-t-elle. Notre principal prestataire, qui louait la salle et qui faisait traiteur, nous a d’abord proposé le pont du 14 juillet ou celui du 15 août. On s’est dit que ce serait compliqué, entre la famille en vacances, les lieux déjà pris… On a préféré reporter, on va bien se marier un jour ! » Avec un tel délai, les mariés ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas prêts pour le jour J…