Coronavirus : Non, la police ne verbalise pas les sportifs qui enfreignent le confinement via l'application Strava

FAKE OFF Une capture d'écran montrant la prétendue verbalisation d'un cycliste sur une appli de suivi GPS alimente les doutes (et les suspicions d'intox) sur Twitter

Alexis Orsini

— 

Un cycliste à Montpellier, en plein confinement, le 18 mars 2020.
Un cycliste à Montpellier, en plein confinement, le 18 mars 2020. — SYLVAIN THOMAS / AFP
  • Depuis le début du confinement, certains amateurs de course à pied et de vélo continuent de parcourir des kilomètres, l'exercice physique étant autorisé (dans un cadre très limité).
  • Ces excès auraient entraîné la verbalisation de certains sportifs contactés par la police nationale via l'application de suivi GPS Strava, à en croire une capture d'écran virale.
  • Contactée par 20 Minutes, la police nationale dément, et dénonce un faux compte reprenant son nom et son logo. 

Pour sévir face au non-respect des mesures de confinement en vigueur pendant (au moins) quinze jours dans l’Hexagone, la police nationale va-t-elle jusqu’à traquer les infractions grâce l’appli GPS Strava, qui permet aux sportifs d’enregistrer leurs activités physiques ?

C’est ce que laisse penser une capture d’écran très commentée sur Twitter. On y voit, en dessous du tracé d’une sortie à vélo d’une centaine de kilomètres (bien au-delà des limites de distance en vigueur), le commentaire d’un compte intitulé « Police nationale », qui reprend le logo des forces de l’ordre.

« Bonjour, suite à une dénonciation anonyme, nous prenons connaissance de votre infraction au confinement imposé. En vertu de l’article 1 du décret du 15 mars 2020 (sic), mis en place pour lutter contre la propagation du Covid-19, nous vous informons de votre verbalisation d' une amende de 135 euros. Vous disposez de 15 jours pour porter réclamation ou justifier ce déplacement, plus d’infos sur www.gouvernement.fr », affirme ce message. Il a été publié par le compte « Dans la Musette », un média sur le cyclisme qui revendique « son regard décalé » et son « humour plus ou moins douteux ». Contactés par 20 Minutes, les administrateurs du compte Twitter indiquent avoir publié la capture d’écran « en ne sachant pas si c’était un fake ou bien réel », dans l’objectif d'« encourager les cyclistes à rester chez eux ».

FAKE OFF

Il s’agit toutefois, comme certains internautes le soupçonnaient, d’une fausse verbalisation, comme nous le confirme le service d’information et de communication de la police nationale (Sicop) : « Ce compte est un fake, il n’a rien à voir avec nous, la police nationale n’a pas de compte sur Strava ».

Le Sicop conseille en outre de consulter les différents comptes officiels de la police nationale, dont les messages sont rédigés de manière bien différente de cette fausse verbalisation. Celle-ci comporte en outre une erreur puisqu’elle fait référence au « décret du 15 mars 2020 » alors que le décret à l’origine du confinement est daté du 16 mars.

Enfin, une simple recherche sur l’appli Strava permet de constater qu’il existe plusieurs comptes reprenant le nom et le logo de la police nationale, comme on peut le voir sur la capture d’écran ci-dessus.

Comme le rappelait encore hier le ministère de l’Intérieur, le confinement reste la priorité et toute sortie de son domicile doit rester exceptionnelle, dans les seuls cas prévus sur l’attestation correspondante. De son côté, face à l’afflux de joggeurs en extérieur et aux nombreuses questions reçues sur ce sujet, le ministère des Sports a rappelé quelles activités physiques étaient interdites, et dans quel cadre strict certaines pouvaient être pratiquées.