VIDEO. Coronavirus à Montpellier : Les images saisissantes d’une ville vidée de ses habitants

CORONAVIRUS La place de la Comédie, Antigone, Odysseum, les tramways, la gare… Partout le silence. Le cœur de Montpellier ne vit plus qu’au ralenti depuis mardi midi

Jérôme Diesnis
A 14h, la place de la Comédie est quasiment vide de toute présence humaine
A 14h, la place de la Comédie est quasiment vide de toute présence humaine — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Depuis mardi, Montpellier vit confiné comme le reste de la France.
  • Les deux premiers jours, les forces de l’ordre ont d’abord mis l’accès sur la prévention mais verbalisent désormais toute personne ne disposant pas sur elle de la ou des attestations ou justificatifs obligatoires.

Depuis mardi midi, la France vit à l’heure du confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus. A Montpellier, ces restrictions de circulation sont généralement bien respectées par la population. Quelques joggeurs, quelques maîtres qui promènent leurs chiens (et en profitent pour prendre l’air), mais pour le reste, les rues du centre-ville sont étrangement vides.

Les policiers en charge de faire appliquer les mesures de confinement de la population procèdent par étape depuis mardi midi. D’abord de la prévention. Ensuite, si ça ne suffit pas, de la verbalisation. « On vérifie que les personnes possèdent bien leur attestation pour justifier de leurs déplacements, souligne les services de communication de direction départementale de la sécurité publique. Les deux premiers jours, nous étions dans une démarche de prévention en expliquant aux gens la nécessité de rester chez eux et d’avoir toujours la ou les attestations nécessaires sur eux s’ils devaient sortir. Mais désormais, nous verbaliserons les contrevenants afin de limiter la propagation du virus. »

«Je n'ai pas d'imprimante»

Globalement, hormis quelques passants qui ne s’attardent pas, avec un charriot de course ou en transit entre leur domicile et leur travail, les rues du centre-ville de Montpellier sont quasiment désertes et les rideaux quasiment tous baissés, si ce n’est une poignée de magasins de première nécessité autorisés par arrêté préfectoral.

« Quelques personnes âgées qui n’avaient pas d’attestation nous ont expliqué qu’elles n’avaient pas d’imprimante ou d’ordinateurs. On leur a alors précisé qu’une attestation sur l’honneur manuscrite sur papier libre suffisait mais était néanmoins obligatoire », précise les forces de l’ordre. Outre une attestation de déplacement dérogatoire, il est par ailleurs obligatoire de porter sur soi un justificatif de déplacement professionnel pour les trajets travail – domicile ou des déplacements professionnels ne pouvant être différés.