Coronavirus : « Certains confondent confinement et vacances », avoue le maire du Cap-Ferret face à l’arrivée des citadins

INTERVIEW Philippe De Gonneville a notamment reçu des renforts de la gendarmerie pour augmenter les contrôles

Clément Carpentier

— 

Une plage du Cap Ferret face à la Dune du Pilat.
Une plage du Cap Ferret face à la Dune du Pilat. — Ludovic Marin / AFP
  • Depuis le week-end dernier, de nombreux citadins ont décidé de rejoindre leur résidence secondaire ou de louer appartement ou maison pour vivre au mieux la période de confinement.
  • Au Cap-Ferret, le maire a dû réorganiser l’espace public face à cette situation inhabituelle à ce moment de l’année.
  • L’élu rappelle que la règle est la même pour tout le monde : Restez chez soi !

Il n’y a jamais autant de lumières allumées dans les maisons du Cap-Ferret à cette période de l’année. La presqu’île brille comme en pleine période estivale en ce mois de mars. Confinement oblige, ils sont de nombreux citadins à avoir rejoint leur résidence secondaire ou carrément loué un logement pour fuir la ville. Selon les témoignages, cela s’est notamment fait ressentir le week-end dernier juste avant les annonces du président de la République.

Un phénomène inhabituel à cette période et évidemment compliqué à gérer ces derniers jours. Même si le mot d’ordre est de rester chez soi, certains ont tendance à avoir la bougeotte surtout avec le retour du soleil. Elu dimanche dernier,Philippe De Gonneville se retrouve tout de suite plongé dans le grand bain. Le maire de Lège-Cap Ferret revient pour 20 Minutes sur la situation si particulière de sa commune.

Philippe De Gonneville, le nouveau maire de Lège-Cap Ferret.

Confirmez-vous cette arrivée des citadins chez vous ?

Oui je confirme qu’il y a eu une arrivée massive de citadins ces derniers jours. Des Parisiens, des Bordelais… Ils sont les bienvenus. Il n’y a aucun problème mais comme tout le monde, ils doivent rester chez eux ! C’est la même règle pour tout le monde, peu importe où on est ! On ne se confine pas à la plage. Certains confondent confinement et vacances.

Normalement, c’est calme à ce moment de l’année…

C’est même très calme d’habitude. On est juste après les vacances et tout le monde était reparti chez soi. Là il y a pas mal de monde mais je tiens à dire que ça reste calme.

Est-ce qu’il y a eu une augmentation des locations ?

J’ai entendu dire ça. Je pense que oui forcément, il doit y en avoir plus que d’habitude à cette période de l’année. Moi ce que j’observe surtout ce sont les maisons secondaires et comme ça, je vous dirais qu’il y a 25 % de plus de résidences secondaires ouvertes qu’en temps normal en plein mois de mars.

Êtes-vous en capacité d’accueillir toutes ces personnes ?

C’est vrai que l’on n’est pas organisé comme en pleine saison. On a surtout eu un coup de bourre le week-end dernier dans les magasins d’alimentation. C’était un peu tendu ! Maintenant, ça va mieux avec le confinement. J’ai pris quelques décisions aussi : 20 personnes en même temps dans les halles du marché, une personne par famille autorisée. Il y a aussi un arrêté qui interdit toute navigation de plaisance à part pour les professionnels. On ne vient pas là pour faire de la pêche ou du bateau !

Avez-vous demandé de l’aide à l’Etat ?

Oui, je suis en liaison avec la sous-préfète. Des renforts de la gendarmerie sont arrivés ce mercredi pour assurer plus facilement la sécurité. Les gendarmes patrouillent avec la police municipale. Il va y avoir plus de contrôles mais il n’y a pas de raison que cela se passe mal.

Vous n’avez pas peur d’éventuelles tensions avec la population locale (il y a eu un tag « Parigo home virus » mardi) ?

Déjà, je condamne très fermement cet acte. C’est scandaleux ! J’ai demandé que ce tag soit effacé immédiatement par les services de la mairie. On est très heureux d’accueillir les gens. Après la règle est simple, je le répète, ils restent chez eux !