Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : Des décrets pour interdire le vélo de ville en ville et l'accès aux plages

TENSIONS Les arrivants souhaitant se confiner sur l'Ile de Ré, lieu de leur résidence secondaire, se retrouvent sur les pistes cyclables sans respecter le confinement décidé par l'exécutif

M.P. avec AFP

— 

Des touristes à vélo sur l'île de Ré, à Rivedoux.
Des touristes à vélo sur l'île de Ré, à Rivedoux. — COLLET GUILLAUME/SIPA
  • Un arrêté préfectoral interdit l’accès à certaines plages des îles d’Oléron et de Ré. Les liaisons cyclables de ville à ville sont également interdites.
  • La mesure vise à limiter la propagation du coronavirus après l’afflux de personnes possédant des résidences secondaires sur ces deux îles de Charente-Maritime.
  • Si aucune demande de fermeture de plages n’a encore été déposée auprès de la préfecture de Gironde, dans le Pays Basque on tente de raisonner sportifs et pique-niqueurs qui souhaiteraient profiter d’un confinement à la plage.

« Le préfet de Charente-Maritime m’a dit que le pont de l’île de Ré, c’était comme au mois d’août », a lancé, ce mardi, la préfète de Gironde Fabienne Buccio. Sur les îles d’Oléron ou de Ré, les autorités locales s’inquiètent de cet afflux d’arrivants venus fuir le coronavirus dans l’Ouest, au risque de multiplier les contaminations.

Lionel Quillet, président de la communauté de communes de l’île de Ré a donc « demandé aux maires d’interdire les liaisons cyclables de ville à ville et les sports nautiques », après avoir noté des « tensions avec les locaux ». Si l’utilisation du vélo sur le village sera tolérée, ce ne sera pas pour se rendre dans la commune d’à côté. Lionel Quillet souhaite également la généralisation de l’interdiction de se rendre sur les plages. Chaque maire de l’île de Ré est dès à présent libre de prendre un arrêté. Ainsi, le maire du Bois-Plage a choisi de fermer sa plage au public dès ce mercredi, selon France bleu.

« On est en confinement, pas en vacances »

« Il y a du monde sur les plages, sur les pistes cyclables », regrette pour sa part Patrick Rayton. Le maire de La Couarde-sur-Mer (1.100 habitants) a ainsi décidé de prendre un arrêté interdisant d’accès les plages de sa commune. Dans un communiqué, des communes de l’île d’Oléron ont, elles, fait savoir qu’elles avaient pris ou allaient prendre « aujourd’hui des arrêtés municipaux pour interdire les accès à la plage, donc les sports nautiques aussi, à la demande de la préfecture et de la gendarmerie. « On est en confinement, pas en vacances », a lâché leur président Pascal Massicot.

Les Bordelais interdits de plages

Du côté du Pays Basque, un arrêté préfectoral devrait être publié pour également restreindre l’accès aux plages. Comme le soulignent déjà les règles édictées pour le confinement au niveau national, seules les personnes qui habitent à proximité des plages peuvent se livrer à une activité physique ou promener leur chien, dans ce périmètre. Ainsi, à Anglet, des barrières seraient, selon Sud Ouest, déjà en place en prévision du week-end qui s’annonce ensoleillé et tentant pour les plus indisciplinés.

En Gironde, « aucun accès à la plage n’a été fermé, ni aucune demande déposée », assure la préfecture. Il est cependant interdit d’y faire des pique-niques ou de s’y rassembler en groupe. « On peut y faire des joggings, à condition que l’on habite à côté », rappelle encore la préfecture, ajoutant que les Bordelais ne pourront absolument pas s’y rendre ce week-end. Des contrôles de gendarmerie ont été effectués ce mercredi afin de rappeler les consignes aux plus téméraires.