Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : Vingt-huit nouveaux cas de Covid-19 confirmés

EPIDEMIE Ces nouveaux cas de coronavirus portent à 207 le nombre de cas confirmés en Nouvelle-Aquitaine

M.P.

— 

L'affiche informative au CHU de Bordeaux.
L'affiche informative au CHU de Bordeaux. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Ce mardi, 28 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés en Nouvelle-Aquitaine. Cela porte à 207 le nombre de cas confirmés dans la région.
  • Dans la région, la situation se tend mais de manière moins rapide que dans d’autres régions, relève l’Agence régionale de santé. Seul le Lot-et-Garonne dépasse légèrement le seuil épidémique de 10 cas confirmés sur 100.000 habitants.
  • « La vague arrive, nous l’escomptons », a prévenu le professeur Denis Malvy, responsable de l’unité des maladies tropicales et du voyageur au CHU de Bordeaux.

Vingt-huit. C’est le nombre de nouveaux cas de Covid-19 confirmés, ce mardi, en Nouvelle-Aquitaine. Cela porte à 207 le nombre de cas confirmés dans la région. Soit quatre cas en Charente, 30 en Charente-Maritime, cinq en Corrèze, quatre dans la Creuse, sept en Dordogne, 34 en Gironde (cinq nouveaux cas confirmés), dix dans les Landes, 47 dans le Lot-et-Garonne, 20 dans les Pyrénées-Atlantiques, cinq dans les Deux-Sèvres, 21 dans la Vienne et trois en Haute-Vienne. Onze cas confirmés sont en attente de géolocalisation.

Si l’on constate en France depuis quelques jours une accélération du nombre de personnes atteintes par la maladie, en Nouvelle-Aquitaine, la situation se tend mais de manière moins rapide que dans d’autres régions, relève l’agence régionale de santé (ARS) dans son bulletin quotidien. « Un seul département, le Lot-et-Garonne, dépasse légèrement le seuil épidémique de 10 cas confirmés sur 100.000 habitants avec 11 cas confirmés sur 100.000 habitants », poursuit l’ARS, notant qu’une douzaine de patients sont en réanimation.

Près de 300 tests Covid-19 réalisés en semaine

« Nous sommes encore loin de doublement de cas tous les trois jours en moyenne nationale, ce qui nous laisse un peu de temps pour faire face à cet emballement », a reconnu Michel Laforcade, directeur général de l’ARS, lors d’une conférence de presse dans ses locaux. Ce qui permet à la région de poursuivre une « stratégie d’endiguement » qui repose sur des dépistages plus larges, contrairement aux mesures prévues depuis le passage samedi au « stade 3 » (circulation active du virus) qui prévoit des tests sur des publics ciblés (personnes fragiles et professionnels de santé avec symptômes notamment).

L’ARS a donc annoncé la montée en puissance de ses capacités de dépistage dans les trois CHU de la région (Bordeaux, Poitiers, Limoges), qui peuvent passer de 410 par jour à 590, avec l’appui éventuel d’une vingtaine de laboratoires privés et des 14 établissements secondaires présents dans les 12 départements. A ce jour, en semaine, près de 300 tests Covid-19 sont ainsi réalisés en Nouvelle-Aquitaine et environ 230 tests par jour sont analysés en week-end.

« La vague arrive, nous l’escomptons »

« Il n’y a pas eu de cluster en Nouvelle-Aquitaine et cette stratégie efficiente de dépistage ainsi que les mesures de confinement » devraient permettre « une moindre diffusion dans le Sud-Ouest que dans les autres régions », a estimé Philippe Morlat, président de la commission médicale d’établissement des hôpitaux de Bordeaux, qui se veut « optimiste ».

Cependant, « si la situation est relativement préservée (dans la région) la vague arrive, nous l’escomptons », a prévenu le professeur Denis Malvy, responsable de l’unité des maladies tropicales et du voyageur au CHU de Bordeaux où « un point de triage déporté qui filtre les arrivées aux urgences » a été installé lundi sous des tentes, a expliqué Frédéric Guérin, cadre de santé.