VIDEO. Coronavirus à Bordeaux : Au cœur de l’unité Covid-19 du service réanimation du CHU Pellegrin

REPORTAGE « 20 Minutes » a visité exceptionnellement l’unité Covid-19 du service réanimation du CHU de Bordeaux, où les cas graves de coronavirus sont placés sous assistance respiratoire

Mickaël Bosredon

— 

Les cas graves de Covid-19 sont placés en réanimation, comme c'est le cas dans cette unité du CHU de Bordeaux
Les cas graves de Covid-19 sont placés en réanimation, comme c'est le cas dans cette unité du CHU de Bordeaux — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Depuis lundi, le CHU Pellegrin à Bordeaux traite cinq cas graves de coronavirus.
  • Ces patients dont le pronostic vital est engagé sont placés dans un coma artificiel et sous assistance respiratoire, le temps de leur traitement.
  • Le CHU a dégagé 300 lits, tous armés de réanimateurs pour faire face à la pandémie.

Ce mardi, un cinquième cas grave de coronavirus a été admis au service réanimation du CHU de Bordeaux. Un cinquième en… deux jours. « La Nouvelle-Aquitaine était encore relativement préservée par le Covid-19, mais on perçoit la vague arriver depuis le début de semaine, puisque quatre patients graves sont arrivés d’un coup lundi, raconte le Dr Benjamin Clouzeau, anesthésiste-réanimateur. On sent cette accélération, c’est pourquoi nous sommes ravis que les mesures de confinement aient été prises. »

L’unité de réanimation reçoit d’habitude des malades avec des atteintes respiratoires, ce qui est le cas des cas graves de Covid-19, considéré comme une insuffisance respiratoire aiguë. Ce service est dorénavant l’unité référente de prise en charge de ces patients en Nouvelle-Aquitaine.

La cellule Covid-19 de l'unité de réanimation du CHU de Bordeaux
La cellule Covid-19 de l'unité de réanimation du CHU de Bordeaux - Mickaël Bosredon/20 Minutes

C’est cette unité que le CHU de Bordeaux a accepté de nous montrer mardi, de manière « exceptionnelle », pour lever le voile « sur ce qu’est réellement cette maladie. »

« Une réanimation est particulièrement lourde »

Placés sur le ventre seize heures par jour, les malades sont plongés dans un coma artificiel, et sous assistance respiratoire pour leur permettre d’être oxygénés. « Ils sont même curarisés : c’est un médicament qui paralyse toute leur activité musculaire, car ils reçoivent des traitements spécifiques contre le virus, des traitements antibiotiques car il y a souvent des co-infections, explique le Dr Benjamin Clouzeau. C’est ce qui fait que cette réanimation est particulièrement lourde. » Pour chacun d’entre eux, le pronostic vital est engagé.

Les malades graves du coronavirus, sont placés dans un coma artificiel sous assistance respiratoire
Les malades graves du coronavirus, sont placés dans un coma artificiel sous assistance respiratoire - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Quatre personnels soignants au minimum sont nécessaires pour retourner le malade. Ils doivent s’équiper soigneusement de lunettes et de masques spécifiques avant de pénétrer dans la chambre. « On isole et on regroupe les patients au sein d’unités dédiées dans le service, afin que nos personnels puissent travailler dans des conditions de sécurité nécessaires. »

Avant de pénétrer dans les chambres de malades du coronavirus, le personnel soignant soit s'équiper soigneusement
Avant de pénétrer dans les chambres de malades du coronavirus, le personnel soignant soit s'équiper soigneusement - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Ce sont des prises en charge de plusieurs semaines de réanimation. « Nos collègues parisiens qui ont rempli leurs premiers services, n’ont pour l’instant extubé quasiment aucun de leurs patients, au bout de deux, trois semaines de travail. C’est pour cela qu’ils s’accumulent dans les services. »

Tous les patients en réanimation avaient pris des anti-inflammatoires

A Bordeaux, on confirme que les cas graves de Covid-19, ne touchent pas que les personnes âgées : les quatre premiers patients admis sont tous jeunes, l’un ayant même seulement 26 ans. « Nous avons une population différente de celle décrite par nos collègues chinois, confirme le Dr Benjamin Clouzeau. Mais nos malades ont tous le même profil, et j’insiste là-dessus : ils ont tous pris des anti-inflammatoires type ibuprofène, pour traiter les symptômes de fébrilité. C’est cela qu’il faut bannir. »

Le Dr Benjamin Clouzeau, anesthésiste-réanimateur au CHU de Bordeaux
Le Dr Benjamin Clouzeau, anesthésiste-réanimateur au CHU de Bordeaux - Mickaël Bosredon/20 Minutes

Les premiers retours d’expérience des autres hôpitaux ont montré que « la maladie évolue rapidement. » Ces malades sont en effet passés « en quelques heures » d’un bon état à une forte dégradation. C’est pourquoi la réanimation travaille de concert avec l’étage des maladies infectieuses du Pr Denis Malvy, où sont reçus les malades les moins graves, « ceci afin qu’ils nous alertent précocement face à la montée des besoins d’oxygène, et que nous puissions admettre ces patients, et ne pas rater l’aggravation ».

Le CHU de Bordeaux dispose de plus de 300 lits de réanimation, sur l'ensemble de ses sites, « ce qui doit nous permettre de voir arriver la vague, surtout si elle est plus progressive que ce qu’ont vécu les Italiens. » Et chaque lit peut être « armé » de réanimateur.

Un poste médical avancé uniquement consacré au coronavirus

Chef du pôle anesthésie-réanimation, le Pr Matthieu Biais confirme la « brutalité » de l’aggravation de la maladie. Mails il note aussi qu’elle se stabilise avec le traitement symptomatique. « C’est un état stable pendant au moins trois semaines, et une fois cette phase passée, on peut espérer extuber les patients et faire les soins de suite. »

Pour le chef de service, il ne fait aucun doute que son unité est « prête à recevoir des patients critiques en soins intensifs, en nombre conséquent. » Mais c’est tout le CHU qui est sur le pied de guerre, depuis plusieurs semaines maintenant.

« On a mis en place depuis le 25 février une unité de dépistage ambulatoire au CHU, détaille ainsi Yann Bubien directeur général de l’hôpital. Le centre 15 a été renforcé. Toutes les interventions chirurgicales non urgentes ont été reportées. Et nous avons monté hier une structure en amont des urgences, un poste médical avancé, pour pouvoir accueillir tout patient qui pourrait être atteint de coronavirus, de manière à avoir une filière identifiée, spécifique, et à éviter le mélange des patients au sein des urgences. »

Les chefs de service du CHU reconnaissent tous leur « chance » de ne pas avoir subi en Nouvelle-Aquitaine « la même vague que dans d’autres régions. » Et espèrent bien que ce temps d’avance aura permis de se préparer efficacement.