VIDEO. Coronavirus à Rennes : « On est gentil pour l’instant mais on va pas tarder à verbaliser »

CONFINEMENT Depuis midi ce mardi, les policiers sont mobilisés partout en France pour s’assurer que les mesures de confinement sont bien respectées. Ce qui est encore loin d'être le cas

Jérôme Gicquel

— 

Dès midi ce mardi, les policiers ont procédé à des contrôles comme ici place de Bretagne à Rennes.
Dès midi ce mardi, les policiers ont procédé à des contrôles comme ici place de Bretagne à Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Avec le début de la période de confinement, les premiers contrôles de police ont débuté ce mardi après-midi pour s’assurer du respect des consignes.
  • Les policiers font pour l’heure preuve de pédagogie mais des sanctions pourraient assez vite tomber si les mesures de confinement ne sont pas respectées.
  • Pour se déplacer, les personnes ont désormais besoin d’une attestation. Une mesure qui est valable pour au moins quinze jours. 

« Vous savez qu’il vous faut une attestation pour circuler ? » Depuis 12 h ce mardi, les services de police et de gendarmerie sont mobilisés aux quatre coins de la France pour vérifier que les mesures de confinement annoncées lundi soir par le président de la République sont bien respectées. Mais à voir le flux de voitures défiler en début d’après-midi sur la place de Bretagne à Rennes, il semblerait que tout le monde n’ait pas encore saisi la situation d’urgence qui a été décrétée. « Il y a encore beaucoup trop de voitures à circuler, déplore le commandant Moal. Même si beaucoup de personnes ont leur attestation avec eux, ce n’est pas encore suffisant ».

Les policiers font pour l’heure preuve de pédagogie, expliquant calmement que les déplacements sont désormais limités au strict minimum et requièrent une attestation dûment remplie, même pour les piétons. « On est gentil pour l’instant mais on pourrait très vite être amené à verbaliser », prévient l’un d’entre eux. Sans attestation ni raison valable de se déplacer, les récalcitrants s’exposent en effet à une amende de 38 euros et qui pourra grimper jusqu’à 135 euros. « Ah ouais ! Je n’avais pas du tout compris ça, c’est de la folie ! », s’étrangle un automobiliste.

« La situation est tellement inédite, même pour nous »

Comme lui, certaines personnes continuent d’avoir une activité normale, prétextant une course à faire ou une personne à aller chercher à la gare. Plus inquiétant, certains conducteurs prennent la situation à la rigolade quand d’autres n’y comprennent rien, n’ayant jamais entendu parler du coronavirus… « Mais heureusement ce n’est pas la majorité, dans l’ensemble les gens comprennent », assure le commandant Moal.

Pour ce qui du remplissage de l’attestation en revanche, il reste encore du chemin avant que tout ne soit parfait. « Certains l’ont juste imprimée mais pas remplie, d’autres se baladent à quatre en voiture mais avec une seule attestation », indique un policier, qui se montre toutefois assez compréhensif. « Mais c’est vrai que la situation est tellement inédite, même pour nous », ajoute-t-il.

Le contrôle de la fermeture des bars et des commerces se poursuit

Conséquence de ces mesures de confinement, tous les commissariats de secteur ont été fermés à Rennes et tous les agents rapatriés au commissariat central pour procéder à des contrôles sur la voie publique.

Car en plus de contrôler les automobilistes et les piétons, il faut également s’assurer que tous les bars, restaurants et commerces sont bien fermés et que la vente à emporter autorisée dans certains commerces de bouche se fasse dans de bonnes conditions. « Ce qui n’est pas toujours le cas », glisse un policier, qui craint également quelques tensions dans les prochains jours. « Pour l’instant, cela se passe plutôt bien. Mais on ne sait pas comment les gens vont réagir au bout de quinze jours de confinement ».