Coronavirus à Strasbourg : Ils prêtent gratuitement leurs appartements au personnel soignant

SOLIDARITE Une initative qui pourrait faire des émules

Thibaut Gagnepain

— 

Un appartement meublé (illustration).
Un appartement meublé (illustration). — Pixabay
  • Un entrepreneur a proposé de prêter gratuitement plusieurs de ses logements au centre-ville de Strasbourg. Il les réserve au personnel hospitalier.
  • Depuis sa publication sur Facebook, il est assailli de coups de fil, pas toujours sérieux ni appropriés. Mais ses trois appartements ont trouvé preneurs.
  • D’autres propriétaires ont suivi son idée…

Sa publication Facebook est presque devenue virale. Plus de 13.000 partages et des commentaires tous plus élogieux les uns que les autres. Le post en question ? « Je vous informe mettre à disposition du personnel hospitalier tous nos appartements meublés libres à ce jour au centre-ville de Strasbourg », est-il notamment écrit par Paul*, qui préfère garder l’anonymat.

« Je ne voudrais pas qu’on prenne tout ça pour un coup de pub et entrer dans une polémique », précise-t-il. Il faut dire aussi que ce « particulier passionné par la rénovation de vieux appartements » loués ensuite, est assailli de coups de fil depuis son annonce. « J’ai d’abord eu des agences immobilières qui me proposaient de prendre mes biens en gestion, j’ai trouvé ça indécent. Puis des profiteurs ont tenté leur chance… mais il y avait aussi des gens qui en avaient vraiment besoin. »

Notre dossier sur le coronavirus

Comme « cette équipe de la protection civile de Nancy qui vient renforcer le CHU de Hautepierre ». Deux de ces personnes seront logées à partir de ce soir dans un des appartements de Paul*. « Pour les deux autres que j’ai de disponibles en ce moment, ça devrait être pour un couple de médecins qui vient de Nice pour aider et certainement une réanimatrice », assure l’entrepreneur, qui a décidé de favoriser les soignants. « Parce qu’ils sont épuisés et ne peuvent pas toujours rentrer chez eux, ou ne peuvent pas perdre de temps pour le faire. »

Cette idée lui est venue d’une demande un peu particulière de la part d’un de ses clients habituels. « Un cadre supérieur qui devait emménager en avril m’a dit qu’il ne pouvait pas venir et qu’il voulait que je lui garde gratuitement l’appartement… Ça ne m’a pas plu et je me suis dit que quitte à le réserver, je préférais le faire pour des personnes qui en avaient vraiment besoin. »

« Je prends peut-être un risque mais ça me paraît juste »

Tous devront juste s’acquitter d’un « forfait de 40 € par séjour ». « Je prends à ma charge eau, Internet, électricité mais c’est juste pour le nettoyage », explique encore Paul*, qui avoue ne pas savoir comment faire à ce sujet. Tout comme ce qui concerne les questions d’assurances. « Je suis en train de me renseigner mais j’ai prévu de désinfecter les clés », promet-il en avouant ressentir « une forte opposition de la part de [son] cercle familial » pour son initiative. « Je prends peut-être un risque mais ça me paraît juste. »

Un sentiment partagé par Aurore Bourreau, elle aussi propriétaire d’un logement à Strasbourg et elle aussi… partageuse. « Je ne savais pas quoi faire de mon appartement Airbnb à la Petite France, et c’est en voyant la publication de ce monsieur que ça m’a paru évident », raconte cette quadragénaire. « Je l’ai appelé et il m’a donné les coordonnées d’un pompier qui arrive de Marseille. Mon prochain client est en mai, il a le temps de rester ! »

« Ce sera ma contribution »

Bravera-t-elle le confinement pour donner à son hôte les clés du studio ? « Non, mais mon voisin du haut lui lancera depuis le 3e étage, on limitera les risques. Et pour le nettoyage, on verra après. S’il faut payer une société, je le ferai, ce sera ma contribution à tout ce qu’il se passe », conclut-elle en espérant que son initiative inspirera d’autres propriétaires.