Non, ces véhicules militaires n'allaient pas à Paris à cause du coronavirus

FAKE OFF Une photo énormément partagée sur les réseaux sociaux ce lundi prétendait montrer des véhicules militaires en route vers Paris pour le confinement lié au coronavirus

Alexis Orsini

— 

La photo virale qui a beaucoup circulé le lundi 16 mars.
La photo virale qui a beaucoup circulé le lundi 16 mars. — capture d'écran/Facebook
  • Des véhicules militaires en route vers Paris, quelques heures avant l'annonce probable d'un confinement par Emmanuel Macron ? 
  • Une photo très partagée sur Twitter et Facebook prétendait montrer une telle scène.
  • Mais l'armée nous indique que ce transport de véhicules n'avait aucun lien avec l'allocution annoncée du président de la République dans la soirée.

C’était l’une des photos les plus relayées sur les réseaux sociaux pendant la journée de lundi : un camion transportant deux véhicules militaires blindés à quelques kilomètres de Paris.

« Les routes aux alentours de Paris aujourd’hui ! L’horizon semble de plus en plus sombre », « Le confinement avec renfort militaire se prépare », « Que va nous annoncer le président ce soir, M. Macron ? L’image parle d’elle-même »… A chaque fois, ce cliché, pris depuis le tableau de bord d’une voiture, s’accompagnait d’une légende différente. Mais le message de fond restait le même : ces véhicules étaient la preuve qu’un déploiement militaire était en cours à Paris, afin d’assurer le futur confinement de la population contre le coronavirus, qu’Emmanuel Macron devait (forcément) annoncer lors de son allocution prévue à 20 h.

La photo virale de camions militaires.
La photo virale de camions militaires. - capture d'écran/Facebook

Or, si le président de la République a bien annoncé le confinement du pays – sans prononcer le mot – lors de sa prise de parole, ces convois n’avaient en réalité aucun lien avec l’épidémie responsable, à ce jour, d’au moins 6.633 contaminations et 148 décès en France.

FAKE OFF

Si nous n’avons pas été en mesure de remonter jusqu’à la première occurrence de cette photo en ligne – ni à son ou sa photographe –, la Délégation à l’information et à la communication de la Défense (Dicod) nous indique que ces « deux véhicules de l’avant blindés appartiennent au 121e régiment du train de Montlhéry [Essonne] et [étaient] transportés par un transporteur civil, Domazur ».

Ils « rentraient d’un stage de conduite sur sable organisé à Biscarrosse [Landes] au profit des conducteurs de ce régiment, qui seront engagés dans quelques semaines au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane », poursuit le service de communication de l’armée, en précisant que le personnel est pour sa part rentré la semaine dernière et que « ce transport par camion civil est conforme aux procédures normales ».

Contactée par nos confrères de l'AFP Factuel, la société Domazur leur a confirmé qu’il s’agissait d’un banal retour des véhicules à leur base de l’Essonne : « C’est une livraison qui était prévue de longue date. On travaille avec l’armée et on transporte leurs véhicules. »

Quant aux camions filmés dans les rues de Charenton (Val-de-Marne), dont les vidéos ont aussi beaucoup circulé lundi sur les réseaux sociaux, laissant penser que leur arrivée concordait également avec les futures mesures du gouvernement, il s’agissait là aussi d’un transport de routine : « Ils appartiennent à un mouvement logistique sans lien avec la crise du coronavirus. L’armée de terre continue à dérouler ses activités opérationnelles liées à la réalisation de ses missions prioritaires. Ce qui inclut des déplacements limités. »