Coronavirus : Attestation pour se déplacer, amendes, contrôles… Tout savoir sur les mesures de confinement

ACTU Christophe Castaner a donné des précisions sur les « mesures restrictives de confinement » qui seront en vigueur à partir de mardi midi pour au moins quinze jours

P.B. avec AFP

— 

Coronavirus : Tout savoir sur les mesures de confinement — 20 Minutes

Emmanuel Macron l’a répété six fois : « Nous sommes en guerre. » Lundi soir, le chef de l’Etat a annoncé que les « déplacements seront fortement réduits pour quinze jours au moins » à partir de mardi à midi pour « limiter au maximum les contacts » et lutter contre l’expansion du coronavirus.

Si Emmanuel Macron n’a pas prononcé le mot « confinement », Christophe Castaner a été plus direct dans la foulée : « Il s’agit de mesures de confinement sur le modèle de ce que nos voisins italiens ou espagnols ont mis en place. Ce que le président de la République a décrit, ce sont les mesures les plus restrictives, aujourd’hui, en vigueur en Europe. »

Une attestation pour se déplacer à télécharger ou à rédiger sur papier libre

La consigne est claire : « Restez chez vous », a lancé le ministre de l’Intérieur. Pour se déplacer, il faudra se munir d’une attestation sur l’honneur disponible en téléchargement sur le site du ministère de l’Intérieur ou du gouvernement à partir de mardi. « Il appartiendra à chacun de le remplir pour préciser la nature de son déplacement, sa destination et ses raisons. » Des exceptions au confinement sont prévues pour :

  • Se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible (l’employeur doit justifier du caractère indispensable d’un employé).
  • Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés.
  • Se rendre auprès d’un professionnel de santé.
  • Se déplacer pour la garde de ses enfants et soutenir les personnes vulnérables.
  • Faire de l’exercice physique uniquement à titre individuel, autour du domicile et sans aucun rassemblement.

« On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien, mais chacun devra le faire avec parcimonie », a encore complété le ministre. « Allez pique-niquer dans un parc ou un square, c’est interdit », a insisté Castaner, dénonçant le comportement de « ceux qui font fi des consignes ». « Si je veux résumer : on pourra prendre l’air mais certainement pas jouer un match de foot », a souligné le ministre de l’Intérieur. « Nous aurons à préciser ce qu’il en est pour les cérémonies funéraires », a indiqué la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. « A ce stade », elles ne sont pas interdites, « mais il faut que tout le monde soit raisonnable et le fasse dans une configuration qui soit la plus restreinte possible ».

100.000 policiers et gendarmes mobilisés

100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés. Ils effectueront des contrôles sur des points fixes et mobiles, sur les axes principaux et secondaires. Sibeth Ndiaye l’a toutefois assuré : « Sur cette rumeur qui a couru d’un couvre-feu, ça ne correspond pas à la réalité. Nous n’allons pas déployer l’armée. » Sera-t-il possible de conduire pour se rendre dans sa résidence secondaire ? « Evidemment, il y aura de la souplesse, tout le monde doit pouvoir s’organiser », a-t-elle répondu sur France 2.

Une amende de 38 € pour commencer, jusqu’à 135 € après

« La violation de ces règles est actuellement punie d’une amende de l’ordre de 38 €. Elle sera portée très rapidement à un niveau supérieur qui pourrait être de 135 € », a précisé Christophe Castaner. Selon lui, ces mesures de confinement sont en place pour « une durée de quinze jours qui pourrait être prolongée ». La guerre contre le Covid-19 ne fait que commencer.