Coronavirus : Le bilan progresse en France avec 148 décès et 6.633 cas depuis le début de l'épidémie

EPIDEMIE Le site officiel Santé publique France a annoncé une nouvelle progression de 1.210 cas et 21 décès en 24 heures

20 Minutes avec AFP

— 

Le CHU de Montpellier s'organise face au risque d'afflux de malades. Trois tentes ont ete dressees pour un poste medical avance. De nombreux patients ont d'ores et deja ete admis.
Hospital is organizing itself to deal with the risk of an influx of patients. Three tents have been set up for an advanced medical post. Many patients have already been admitted.//MALAFOSSE_1002/2003140935/Credit:MALAFOSSE/SIPA/2003140940
Le CHU de Montpellier s'organise face au risque d'afflux de malades. Trois tentes ont ete dressees pour un poste medical avance. De nombreux patients ont d'ores et deja ete admis. Hospital is organizing itself to deal with the risk of an influx of patients. Three tents have been set up for an advanced medical post. Many patients have already been admitted.//MALAFOSSE_1002/2003140935/Credit:MALAFOSSE/SIPA/2003140940 — MALAFOSSE/SIPA

Les contaminations au nouveau coronavirus ont marqué une nouvelle progression de 1.210 cas et 21 décès en 24 heures, portant le bilan officiel respectivement à 148 décès et 6.633 cas depuis le début de l’épidémie en France, a annoncé ce lundi le site officiel Santé publique France.

Santé Publique France ne précise pas le nombre de patients dans un état grave, placés en réanimation, qui s’élevait dimanche soir à 400, selon le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Les régions Grand Est et Ile-de-France fortement touchées

Par ailleurs, le chiffre de 6.633 cas de contaminations ne concerne que les patients présentant des symptômes suffisamment aigus, respiratoires notamment, pour être testés. La majorité des personnes contaminées ne le sont plus.

Face à la progression rapide du virus, l’Ile-de-France (1.762 cas confirmés) et le Grand Est (1.543) sont les deux régions les plus touchées, selon la même source. « La situation dans la région Grand Est est extrêmement tendue » a reconnu ce lundi soir le ministre de la Santé Olivier Véran, affirmant sur TF1 que « les masques sont arrivés en quantité dans l’ensemble des hôpitaux de la région ».

Pour faire face et soulager les établissements débordés, mardi, « un certain nombre de malades dans un état sévère seront transférés par train sanitaire pour faire de la place à l’afflux continu de nouveaux malades », a ajouté le ministre. Par ailleurs, « la construction d’un hôpital » va « permettre d’accueillir une trentaine de malades supplémentaires dans des conditions de réanimation si nécessaire », a-t-il insisté. Lors de son intervention télévisée lundi soir, le président Macron a annoncé qu'un hôpital de campagne du service de santé des armées allait « être déployé dans les jours à venir en Alsace ».

« L’hôpital est réservé aux cas graves »

Alors que le nombre de cas en France double tous les trois jours selon la DGS (Direction générale de la santé), le ministre a appelé de nouveau les Français à « limiter leurs contacts au quotidien à un maximum de cinq personnes ».

« Si vous êtes allé faire une course alimentaire, vous ne faites rien d’autre » a-t-il martelé, alors qu’Emmanuel Macron a annoncé une restriction sévère des déplacements de la population pendant 15 jours au moins.

« Le nombre de malades va augmenter », et malgré la mobilisation de la réserve sanitaire, qu’ont rejointe « 13.000 personnes depuis début mars », le ministre a rappelé que « l’hôpital est réservé aux cas graves » et le 15, le numéro d’urgence, aux personnes présentant des symptômes graves.