Rennes : Un corps sans vie partiellement brûlé découvert dans un chariot de supermarché

FAITS DIVERS La police judiciaire a été saisie de l'enquête

C.A.
— 
Dans le parking de l'IRSS, à Rennes, un corps sans vie a été découvert dans un chariot de supermarché lundi 16 mars 2020.
Dans le parking de l'IRSS, à Rennes, un corps sans vie a été découvert dans un chariot de supermarché lundi 16 mars 2020. — C. Allain / 20 Minutes

Le corps sans vie d’un homme a été découvert ce lundi matin à Rennes dans un chariot de supermarché, a-t-on appris ce lundi de source policière, confirmant une information de Ouest-France. D’après nos informations, confirmées par le procureur de la République, le corps présentait d’importantes traces de brûlures.

Le corps sans vie a été découvert sur le parking de l’IRSS, l’institut régional sport et santé, installé allée Antoine-Becquerel, au cœur du campus universitaire de Beaulieu. Sur place, une importante flaque de sang demeure, ainsi que quelques débris brûlés, à quelques centimètres d’une bouche d’égout. « Le corps n’est pas à ce stade identifié. Une autopsie a été ordonnée », précise Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes.

Le parking souterrain de l'IRSS, à Rennes, où un cadavre a été découvert dans un chariot de supermarché, le 16 mars 2020.
Le parking souterrain de l'IRSS, à Rennes, où un cadavre a été découvert dans un chariot de supermarché, le 16 mars 2020. - C. Allain / 20 Minutes

Ce sont des salariés d’une entreprise voisine qui ont donné l’alerte vers 7 h 45 ce lundi. « Ils sont rentrés chez eux, ils étaient choqués », rapporte l’un de leurs collègues. « Quand je suis arrivé à 9 h, la police avait déjà fermé le parking. Ils faisaient des relevés sur le corps, ils étaient en blouse blanche », confie un autre témoin.

Le visage brûlé, le torse nu

D’après ce dernier, le visage de l’homme était partiellement brûlé. La victime était visiblement torse nu dans le chariot. Dans ce petit parking souterrain, le corps était à l’abri des regards, cachés par une haie dans ce campus universitaire désert en raison de la fermeture des établissements d'enseignement. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.