Etats-Unis : Si les footballeuses sont moins payées que les footballeurs, c’est à cause des fans (mexicains)

DISCRIMINATION Selon la Fédération américaine, les « foules hostiles » que subissent régulièrement les joueurs américains en Amérique centrale justifient la différence de salaire

20 Minutes avec agences

— 

United States' Megan Rapinoe, center, holds the trophy as she celebrates with teammates after they defeated the Netherlands 2-0 in the Women's World Cup final soccer match at the Stade de Lyon in Decines, outside Lyon, France, Sunday, July 7, 2019
United States' Megan Rapinoe, center, holds the trophy as she celebrates with teammates after they defeated the Netherlands 2-0 in the Women's World Cup final soccer match at the Stade de Lyon in Decines, outside Lyon, France, Sunday, July 7, 2019 — FRANCISCO SECO/AP/SIPA

Pour expliquer les différences de salaire entre footballeuses et footballeurs, la Fédération des Etats-Unis de foot a cité… les foules hostiles. Selon elle, jouer devant des spectateurs hostiles au Mexique et en Amérique centrale justifie que l’équipe masculine soit mieux payée.

« Les joueurs jouent régulièrement des matches » dans ces régions, argue USA Soccer. « L’hostilité qu’ils rencontrent de la part des fans adverses n’est pas du même niveau que celle que doit affronter l’équipe féminine », poursuit l’instance, dans un dossier déposé auprès d’un tribunal fédéral à Los Angeles ce mardi. Cette différence d’hostilité « prouve que leur travail est sensiblement différent en vertu de l’EPA », la loi sur l’égalité salariale américaine.

« Plus de responsabilités » pour les joueurs

Menée par Megan Rapinoe, l’équipe féminine des États-Unis a porté plainte contre la Fédération en mars 2019, l’accusant de discrimination fondée sur le sexe. Les joueuses réclament 66 millions de dollars en arriérés de salaires en vertu de l’EPA. Les deux parties ont demandé un jugement sommaire au juge, demandant chacune une décision prise en leur faveur avant le procès prévu le 5 mai.

La Fédération argue aussi que le travail d’un footballeur masculin « comporte plus de responsabilités […] que celui d’une joueuse ». Pour justifier cet argument, ses avocats s’appuient sur les audiences télévisées, faisant valoir que l’équipe nationale masculine a attiré trois fois plus de téléspectateurs par match que l’équipe féminine depuis 2017.