Coronavirus : Une entreprise du Mans fait un don de 300.000 masques (périmés, mais ça passe)

EPIDEMIE L'entreprise stockait ces masques depuis 2009 et l'épidémie de H1N1

Julie Urbach

— 

Illustration de masques de protection / Coronavirus
Illustration de masques de protection / Coronavirus — RAPHAEL BLOCH/SIPA
  • En début de semaine, la société Initiatives a remis un gros stock de masques de protection à l'Agence régionale de santé des Pays-de-la-Loire.
  • Il s'agissait de matériel périmé mais des tests ont été effectués afin d'autoriser leur utilisation.

Comme quoi, il est parfois judicieux de conserver certaines affaires, même si on n’en voit pas immédiatement l’utilité. En début de semaine, et alors que l’épidémie de coronavirus gagne du terrain en France, un chef d’entreprise du Mans a trouvé comment se débarrasser d’encombrants cartons, stockés depuis dix ans. A l’intérieur se trouvaient pas moins de 300.000 masques de protection que Franck Vallée, directeur général de la société Initiatives, a décidé de proposer gratuitement à l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire.

« On les avait depuis 2009 et l’épidémie de H1N1, indique le chef d’entreprise. A l’époque, on en avait vendu à nos clients, des mairies et des écoles, mais il nous en restait un gros stock après que l’épidémie a été maîtrisée. Les masques étaient depuis stockés dans de bonnes conditions, on ne voulait pas les détruire car les produits sont nickels ! On a donc proposé spontanément de donner 97 % du stock, soit environ 297.000 masques. »

Un « geste civique »

Une bonne nouvelle pour l’ARS des Pays de la Loire, alors que ces masques, réservés aux professionnels de santé, se font rares. Pour autant, il a fallu s’assurer que le matériel, en théorie périmé en 2014, était toujours utilisable. « Des tests ont été effectués pour constater qu’il n’y avait pas de danger, indique Thierry Le Guen, responsable Veille sanitaire et situations sanitaires exceptionnelles. Au pire, ils sont un peu moins efficaces, mais c’est toujours mieux que de ne pas en avoir du tout. » Un « geste civique » salué par l’ARS, qui a également reçu quelque 2.000 masques de type FFP2, retrouvés dans les tiroirs de la direction régionale de l’Alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf).

Selon l’ARS, les masques récupérés au Mans seront en priorité distribués aux « cas contact », ces personnes qui font l’objet d’une mesure de confinement à domicile, environ 400 actuellement dans les Pays-de-Loire. En parallèle, 32.000 masques sont en cours de livraison dans chacun des sept hôpitaux de la région. Mardi, dans les Pays-de-la-Loire, 28 cas de Covid-19 avaient été recensés, dont quatre patients guéris. Deux personnes, hospitalisées à Nantes et à Angers, se trouvaient cependant « dans une situation préoccupante ».