Coronavirus : En pleine épidémie, le rassemblement de Schtroumpfs n’a pas fait rire en Italie

POLEMIQUE Certains journaux italiens ont dénoncé « un geste irresponsable » alors que tout le pays est mis sous cloche

J.G. avec AFP
— 
Plus de 3.500 Schtroumpfs étaient rassemblés samedi à Landerneau pour établir un nouveau record du monde.
Plus de 3.500 Schtroumpfs étaient rassemblés samedi à Landerneau pour établir un nouveau record du monde. — DAMIEN MEYER / AFP

En pleine épidémie du coronavirus, l’information a fait le buzz ce week-end. Samedi, plus de 3.500 personnes grimées en petits hommes et petites femmes bleues se sont rassemblées à Landerneau (Finistère) pour établir le nouveau record du monde du plus grand rassemblement de Schtroumpfs. Si l’événement a fait sourire dans l’Hexagone, il a plutôt fait grincer des dents de l’autre côté des Alpes.

Certains médias en Italie, où 60 millions de personnes viennent d’être placées en quarantaine, ont ainsi critiqué la tenue de cette manifestation. « Malgré les recommandations de ces derniers jours pour arrêter la diffusion du virus, des milliers de personnes n’ont pas reporté le rendez-vous », s’est indigné le journal italien Il secolo XIX, dénonçant « un geste irresponsable ». 



Le quotidien La Repubblica a même qualifié ce rassemblement de « potentielle et très dangereuse bombe virale », alors que le quotidien Il Messaggero a quant à lui estimé que cette manifestation s’était tenue « en dépit de tout bon sens ».

« Il ne faut pas qu’on s’arrête de vivre », se défend le maire

Maire divers droit de Landerneau, Patrick Leclerc a tenté ce mardi de désamorcer la polémique. « Il ne faut pas qu’on s’arrête de vivre non plus tant qu’on peut, c’était l’occasion de dire aussi qu’on est en vie ! », s’est-il défendu.

L’élu assure également que le rassemblement s’est déroulé « en toute sérénité » et en conformité avec « ce qui était prescrit par l’État français et les préfectures », faisant valoir qu’il n’y avait pas samedi d’interdiction de rassemblements de plus de 1.000 personnes. La mesure a été prise dimanche par le gouvernement.