Municipales 2020 : Paris détient-elle le record du tarif de cantine scolaire pour les foyers aisés, comme l’affirme Dati ?

FAKE OFF Selon Rachida Dati, candidate Les Républicains (LR) à la mairie de Paris, les cantines scolaires de la capitale proposent le tarif maximum le plus élevé parmi les grandes villes françaises

Alexis Orsini

— 

Dans une cantine scolaire à Bordeaux. Photo illustration.
Dans une cantine scolaire à Bordeaux. Photo illustration. — SERGE POUZET/SIPA
  • Quelle grande ville française propose le tarif de cantine le plus élevé pour les foyers les plus aisés ? 
  • Avec son tarif de 7 euros, Paris serait loin devant les autres agglomérations de l'Hexagone, plus proches des 4 euros, selon Rachida Dati. 
  • Une affirmation plutôt juste, mais pas totalement : si l'on retrouve ce prix moyen à Bordeaux ou à Nice, le tarif maximum en vigueur à Lyon est plus élevé qu'à Paris. 

Les foyers parisiens les plus aisés payent-ils la restauration scolaire de leurs enfants bien plus cher que dans d’autres grandes villes françaises ? Telle est en tout cas l’affirmation avancée par Rachida Dati, candidate LR à Paris, lors de son passage sur BFM-TV ce dimanche.

« Sur une ville de taille comparable [à celle de Paris] – Nice, Lyon, Bordeaux, Toulouse –, vous connaissez le tarif maximum de la cantine pour ceux qui sont les plus aisés ? 3,50 euros, 4 euros. […] Madame Hidalgo se finance sur le dos des classes moyennes », a ainsi affirmé la maire du 7e arrondissement.

« 7 euros, [c’est] le tarif maximum d’un repas à la cantine à Paris contre 3 à 4 euros dans toutes les autres grandes villes », insiste en outre la candidate dans un tweet englobant encore plus largement « toutes les autres grandes villes » françaises.

Rachida Dati reprend ainsi un argumentaire déjà avancé dans son programme, pour promouvoir l’une de ses promesses de campagne : « Dès la rentrée 2020, le prix maximum d’un repas à la cantine sera abaissé à 3,50 euros contre 7 euros aujourd’hui. Paris reviendra ainsi dans la moyenne des autres métropoles régionales, comme Nice, Lyon ou Bordeaux, où le prix le plus élevé pour un repas dans la restauration scolaire est de 3 ou 4 euros. »

FAKE OFF

A Paris, le prix des cantines scolaires publiques – de l’école maternelle au lycée – repose sur une grille tarifaire de dix tranches différentes, qui varient selon le quotient familial.

Selon ce dernier – calculé à partir des ressources et de la composition du foyer fiscal de l’enfant ou adolescent –, le prix d’un repas peut ainsi aller de « 0,13 [à] 7 euros », comme l’indique le site de la mairie, tout en détaillant le palier propre à chaque tranche. Ainsi, pour un quotient familial « inférieur ou égal à 1.370 euros », le tarif d’un repas revient à 3,62 euros – alors qu’il est de 7 euros, au maximum, pour les quotients familiaux supérieurs à 5.000 euros.

Le même système de tranches tarifaires (au nombre variable) est appliqué dans plusieurs grandes villes françaises. En moyenne, le tarif maximum d’un repas à la cantine de maternelle ou de primaire est bien inférieur à 7 euros dans trois des quatre villes citées par Rachida Dati – puisqu’il est respectivement de 3,25 euros à Nice, de 4,41 euros à Bordeaux et de 6,61 euros à Toulouse –. Mais il lui est supérieur à Lyon.

7,30 euros au maximum à Lyon

Celui-ci peut en effet y atteindre au maximum le tarif de 7,30 euros par repas pour les quotients familiaux supérieurs à 2.100 euros. Contactée par 20 Minutes, la mairie de Lyon nous confirme que « le tarif de la pause méridienne varie de 0,81 centimes à 7,30 euros », tout en soulignant que « 45 % [des familles] paient au maximum 4,40 euros ».

« Le coût de revient global de la pause méridienne est de 12,80 euros : près de 3 euros pour le repas lui-même, le reste relève des frais d’encadrement puisque la pause méridienne est devenue un accueil de loisirs qui comprend à la fois le temps de repas mais aussi les activités, avec un taux d’encadrement qualitatif », explique par ailleurs la municipalité.

Enfin, à Strasbourg – une ville non citée par Rachida Dati –, le tarif maximum d’un repas de cantine est quasiment identique à celui en vigueur à Paris puisqu’il est de 6,85 euros. Contrairement à Lille ou à Nantes, qui se situent, à titre d'exemple, dans la moyenne de 3,50 à 4 euros avancée par Rachida Dati avec respectivement 4,75 euros et 5,78 euros (pour un quotient familial de 2.100 euros)