Municipales : L214 lance une campagne choc contre les candidats désengagés

SOUFFRANCE ANIMALE L’association L214 alpague avec de fausses affiches électorales représentant des candidats des grandes villes qui ne se sont pas engagés sur cette problématique

20 Minutes avec agences

— 

Manifestation contre la presence des animaux dans les cirques, devant l hotel de ville de Lyon a quinze jours des elections municipales.
Manifestation contre la presence des animaux dans les cirques, devant l hotel de ville de Lyon a quinze jours des elections municipales. — ROMAIN DOUCELIN/SIPA

« Engagés pour faire souffrir les animaux. Votez contre les animaux, votez Rachida Dati » : avec ce slogan choc sur une affiche, l’association L214 veut interpeller les électeurs sur le désintérêt pour la cause animale de la candidate aux élections municipales de Paris. Dans les rues de la capitale, on peut voir le visage de Rachida Dati (LR), à Lyon celui de Gérard Collomb (LREM) ou encore à Bordeaux celui de Nicolas Florian (LR) sur des affiches où est indiqué : « ceci n’est pas une affiche officielle mais un montage ».

L’objectif de cette action est « de donner aux 89 % de citoyens qui jugent la cause animale importante les moyens de faire un choix éclairé lors de leurs votes les 15 et 22 mars prochains », a expliqué ce lundi Brigitte Gothière, porte-parole et cofondatrice de l’association L214. « On tient à prévenir les citoyens et les citoyennes que leur bulletin qu’ils vont glisser dans l’urne peut avoir de grandes conséquences sur les animaux », a-t-elle précisé.

Légiférer pour une « ville pour les animaux »

L’affiche affirme que Rachida Dati est « notamment connue pour avoir voté au Parlement européen contre la fin de l’élevage en cages ou (…) l’interdiction des trophées de chasse ». Celle avec Gérard Collomb, comme Nicolas Florian, rappelle qu'« il est connu pour avoir freiné les initiatives visant à mettre fin à la détention des animaux sauvages dans les cirques ».

« D’autres candidats en revanche ont été très positifs et ont signé la charte qu’on leur propose », a souligné Brigitte Gothière. C’est notamment le cas à Paris de Cédric Villani (ex-LREM), Danielle Simonnet (LFI) et David Belliard (EELV). Selon L214, une « ville pour les animaux » doit « prendre toute mesure légale possible contre l’installation de cirques détenant des animaux sauvages, soutenir une politique de stérilisation des chats errants en partenariat avec des associations de protection animale ou encore soutenir l’adoption par le conseil municipal d’un vœu demandant une interdiction nationale des corridas et des écoles de tauromachies ».