La Fondation Abbé-Pierre dévoile ses « Pics d’or »… Quels sont les dispositifs anti-SDF les plus scandaleux ?

NAME AND SHAME La Fondation Abbé-Pierre remet ce lundi soir des « Pics d’or » lors d’une cérémonie satirique qui vise à dénoncer l’essor du mobilier urbain anti-SDF et des mesures administratives à leur encontre

Delphine Bancaud

— 

Mobilier anti-SDF à Lyon.
Mobilier anti-SDF à Lyon. — Fondation Abbé-Pierre
  • Ces dernières années, le mobilier urbain anti-SDF et les mesures administratives empêchant les plus pauvres de s’asseoir dans la rue sont en pleine expansion.
  • Des dispositifs signalés à la Fondation Abbé-Pierre par des citoyens.
  • Le fait de les rendre publics incite parfois les entreprises ou les mairies à ne pas réitérer.

Pics, barreaux, grilles, rochers, arrêtés anti-mendicité, anti-glanage, anti-bivouac… Voilà l’arsenal des mairies, commerçants, copropriétés et entreprises pour dissuader les sans-abri de rester au pas de leurs portes. Des dispositifs que la Fondation Abbé-Pierre dénonce de manière ironique lors de la deuxième cérémonie des « Pics d’or », qui a lieu ce lundi soir.

« Depuis 2017, des citoyens postent des photos d’équipements urbains anti-SDF sur la plateforme soyonshumains.fr, via Twitter (#SoyonsHumains) et une adresse mail (picsdor@fap.fr), pour signifier leur désaprobation. A ce jour, 450 photos de dispositifs de ce type nous ont été remontées. Le but de cette opération satirique est de montrer comment la société tente d’invisibiliser les plus pauvres en les éloignant des centres-villes », indique Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre.

« Les urbanistes débordent d’innovation pour que les SDF ne puissent pas se poser longtemps quelque part »

Dans la catégorie « Fallait oser », le « pic » du dispositif le plus décomplexé a été attribué à « Sur les rails », repéré à Lyon. « Il s’agit d’une sorte de rails sur un banc de pierre dans une copropriété, afin de rendre très inconfortable le fait de s’y asseoir. Un dispositif très excluant qui montre à quel point les urbanistes débordent d’innovation pour que les SDF ne puissent pas se poser longtemps quelque part », commente Christophe Robert.

Mobilier anti-SDF à Lyon.
Mobilier anti-SDF à Lyon. - Fondation Abbé-Pierre
Le prix « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », saluant le dispositif le plus contradictoire, a lui été remis à celui qui a été baptisé « Esprit de famille » et vu à Toulon. Il montre une vitrine de l’assurance MAE affichant « la mutuelle de l’enfant et de la famille ». Mais juste en dessous de cette inscription, existent des grilles et des pierres qui empêchent les SDF de dormir devant. « L’inadéquation entre le slogan et le mobilier anti-SDF est manifeste », souligne Christophe Robert.
Un dispositif anti-SDF à Toulon
Un dispositif anti-SDF à Toulon - Fondation Abbé-Pierre

« Lors des dix dernières années, on a vu fleurir les arrêts anti-mendicité »

Dans la catégorie « Ni vu ni connu », qui distingue le dispositif le plus fourbe, c’est « Arabesque », made in Lille, qui a gagné. « Il s’agit d’un espace devant un immeuble qui a été engrillagé pour empêcher aux SDF de s’y installer. Mais la grille est en forme d’arabesque, ce qui donne l’impression qu’il est uniquement décoratif », décrit Christophe Robert.

Dispositif anti SDF à Lille
Dispositif anti SDF à Lille - Fondation Abbé-Pierre

Difficile pour le jury de déterminer un vainqueur dans la catégorie « Bouge de là » - qui concerne les arrêtés anti-mendicité - étant donné le niveau des prétendants. Au final, la « Salade niçoise » (Nice) est arrivée ex aequo avec « Sans faim, ni soif » (Calais). « Lors des dix dernières années, on a vu fleurir les arrêts anti-mendicité. Surtout à la période de fêtes, en raison des marchés de Noël, et l’été, pour que les touristes ne soient pas "importunés" par la vue des plus pauvres », analyse, amer, Christophe Robert.

Paris le 30 octobre 2012. Illustration SDF Sans Domicile Fixe devant un distributeur de billets de banque.
Paris le 30 octobre 2012. Illustration SDF Sans Domicile Fixe devant un distributeur de billets de banque. - A. GELEBART / 20 MINUTES

Le prix « C’est pas mieux ailleurs », dont le but est de montrer que des villes étrangères peuvent aussi se « distinguer », a été attribuée cette année à Las Vegas. « Une loi interdit aux SDF de dormir sur la voie publique sous peine d’une amende de 1.000 dollars et de 6 mois d’emprisonnement. Il n’y a pas de limite », soupire Christophe Robert.

Deux SDF qui dorment dans la rue à Las Vegas
Deux SDF qui dorment dans la rue à Las Vegas - JEWEL SAMAD / AFP

Quant à la catégorie la plus en vue, intitulée « Le clou », récompensant le dispositif le plus agressif, le prix est attribué cette année aux « Champignons de Paris », une devanture d’agence Pôle emploi devant laquelle les poteaux ont poussé comme des champignons. « Si l’on ne dénonce pas ce genre de mobilier urbain, il y a un risque qu’il se banalise et qu’il soit intégré aux cahiers des charges des architectes », redoute Christophe Robert.

Un dispositif anti-SDF à base de poteaux à Paris.
Un dispositif anti-SDF à base de poteaux à Paris. - Fondation Abbé-Pierre

L’an dernier, les Pics d’or ont eu un effet sur quelques-uns des lauréats : « La mairie de Paris et la BNP ont retiré le dispositif pour lequel nous les avions distingués », indique Christophe Robert. Preuve que le « name and shame » est dissuasif, et pourrait l’être d’autant plus en période d’élections municipales.