Rennes : Deux fois reportés, les examens vont-ils pouvoir se tenir à Rennes 2 ?

UNIVERSITÉ Une nouvelle action de blocage a été votée en assemblée générale alors que les épreuves doivent débuter ce lundi

Jérôme Gicquel

— 

Les examens du premier semestre ont déjà été reportés deux fois à l'université Rennes 2.
Les examens du premier semestre ont déjà été reportés deux fois à l'université Rennes 2. — C. Allain / 20 Minutes
  • Après deux reports successifs, les épreuves du premier semestre doivent se dérouler cette semaine à l’université Rennes 2.
  • Une action de blocage des examens a été votée lors de la dernière assemblée générale.
  • La présidence de l’université n’exclut pas de faire appel à la force publique pour assurer le bon déroulement des épreuves.

Après deux reports successifs en décembre et en janvier et plusieurs semaines de vacances forcées, c’est le grand jour pour les étudiants et étudiantes de Rennes 2 qui doivent débuter ce lundi leur session d’examens du premier semestre. Mais des menaces pèsent une nouvelle fois sur la tenue de ses épreuves. Lors de la dernière assemblée générale qui s’est tenue le 18 février, une centaine de personnes ont ainsi voté le blocage de l’université pendant la semaine d’examens.

Une décision vivement critiquée par la présidence de l’université, qui a pourtant pris position contre le projet de réforme des retraites actuellement en débat à l’Assemblée nationale. « Ce choix d’une minorité de personnes, et dont la légitimité est discutable, ne saurait priver l’ensemble des étudiant.e.s des examens auxquels ils ont droit et dont l’organisation relève très clairement de la mission de service public de l’université », indique la présidence, rappelant que le nouveau calendrier d’examens a été validé « à l’unanimité » par les instances démocratiques de l’établissement, qu’il s’agisse du personnel ou des étudiants.

En cas de blocage, la présidence de Rennes n’exclut pas de faire appel à la force publique pour assurer le bon déroulement des examens. Car « toute tentative de perturbation est illégale et expose ses auteur.e.s à des poursuites », prévient-elle.

« Ma licence 1 ne va pas valoir grand-chose »

Dans ce contexte, difficile pour les étudiants et étudiantes de préparer sereinement les épreuves, qui doivent avoir lieu en présentiel ou en ligne. « J’espère que les examens seront maintenus mais j’ai de gros doutes », indique Léa. Étudiante en première année de licence en info-com, la jeune femme commence, comme beaucoup, à en avoir marre des blocages à répétition. « Je soutiens pourtant le mouvement contre la réforme des retraites mais j’ai du mal à comprendre qu’on veuille bloquer la fac toutes les semaines ».

En attendant, Léa a profité des semaines de suspension de cours pour préparer au mieux ses examens. « Au moins on a eu du temps, même si on doit se replonger dans des cours qui remontent déjà au mois de novembre », souligne l’étudiante, qui s’inquiète toutefois pour la suite. « Avec tous ces blocages, on a pris beaucoup de retard dans notre programme. C’est sûr en tout cas qu’à la fin de l’année, je n’aurai pas le bagage que j’aurais dû avoir. Ma licence 1 ne va pas valoir grand-chose ».