Coronavirus en Auvergne Rhône-Alpes : Un malade en réanimation, trois nouveaux cas en Haute-Savoie

EPIDEMIE Selon l’ARS, quatre personnes contaminées sont hospitalisées à Annecy et un homme est en réanimation à Lyon

Elisa Frisullo

— 

Illustration à l'hôpital de la Croix-Rousse
Illustration à l'hôpital de la Croix-Rousse — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Cinq cas de coronavirus sont confirmés pour l’heure dans la région.
  • Trois nouvelles personnes ont été diagnostiquées en Haute-Savoie autour du patient 14, un homme contaminé lors d’un déplacement en Italie.
  • Un homme est en réanimation depuis jeudi à Lyon, sans que l’on connaisse pour l’heure l’origine de son infection.

« Nous ne sommes pas en situation épidémique dans notre région », a rappelé ce vendredi matin Serge Morais, directeur général adjoint de l'ARS Auvergne Rhône-Alpes. Un message destiné une nouvelle fois à rassurer après l’apparition de nouveaux cas confirmés de coronavirus dans la région. 20 Minutes vous explique ce que l’on sait de la situation.

Un patient en réanimation à Lyon

Cet homme d’une cinquantaine d’années a été hospitalisé en réanimation jeudi à l’hôpital de la Croix-Rousse après un rapide passage aux urgences de Saint-Luc-Saint-Joseph. Les tests réalisés sur lui ont confirmé une contamination au coronavirus. Ce malade, qui vit à Francheville, près de Lyon, a déclaré de premiers symptômes mi-février. Il a vu un médecin généraliste et son état de santé s’est amélioré. Mais il s’est brusquement dégradé jeudi avec l’apparition d’un syndrome de détresse respiratoire. « Son état est stable », a précisé Serge Morais, dans l’incapacité ce vendredi matin de dire de quelle manière ce patient a été infecté.

Pour en savoir plus, l’épouse du malade a été interrogée, son mari n’étant pas en mesure de l’être. Les autorités essayent de retracer les personnes de son proche entourage avec lesquelles il a été en contact depuis mi-février et les déplacements qu’il a effectués. Des informations qui devraient être complétées dans la journée avec celles qui doivent encore être collectées dans son entreprise de cinq salariés. Cette enquête, qui doit être « rapide et pertinente », selon l’ARS, comme lors de chaque cas confirmé de Covid-19, doit permettre d’identifier l’origine de la contamination et de cerner d’autres cas contacts qui auraient pu être infectés par le malade. Dans le cas présent, une liste d’une vingtaine de contacts de son entourage familial ou de ses proches amis a d’ores et déjà été établie depuis jeudi soir.

Trois nouveaux cas en Haute-Savoie

L’ARS a confirmé la contamination de trois personnes à La Balme de Sillingy, en Haute-Savoie, liées au « patient 14 » diagnostiqué positif au coronavirus cette semaine. Cet homme d’une soixantaine d’années, qui va bien selon les autorités, a très probablement été contaminé lors d’un séjour en Lombardie (Italie), où il se rend régulièrement dans le cadre de déplacements professionnels. Dès le diagnostic établi, il a fourni une liste d’une soixantaine de personnes avec lesquelles il avait été en contact rapproché ces derniers temps. Les prélèvements oraux pharyngés ont confirmé trois nouveaux cas. « Il s’agit d’un cluster, c’est-à-dire que ces trois nouveaux cas sont liés à ce patient 14. C’était un phénomène attendu et déjà connu récemment aux Contamines-Monjoie, en Haute-Savoie », a précisé Serger Morais. Sont donc concernés : la conjointe du patient, sa fille âgée d’une trentaine d’années et l’un de ses amis proche âgé d’une soixantaine d’années.

Ces patients, également hospitalisés à Annecy se portent bien, selon les autorités, et n’ont pas déclaré de symptômes. Des enquêtes vont être menées auprès de leur entourage pour déterminer si d’autres personnes peuvent avoir été à leur tour contaminées. Ce vendredi matin, le maire de La Balme a fait état de deux autres cas liés à ce cluster. Des informations du Dauphiné non confirmées pour l’heure par l’ARS qui s’en tient au bilan fait à 19 h jeudi par le ministère de la Santé.

Deux microcrèches fermées

La fille du patient 14 qui a été infectée travaille dans deux microcrèches de Haute-Savoie, accueillant chacune une dizaine d’enfants. Par mesure de précaution, ces deux établissements ont été fermés et les familles des petits concernés ont été alertées. Des prélèvements devraient également être réalisés sur ces enfants et leur entourage.

Des moyens renforcés dans les hôpitaux pour faire face

Auvergne Rhône-Alpes compte six établissements de référence destinés à accueillir les patients contaminés, à Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Chambéry et Clermont-Ferrand. Ils disposent de 40 à 50 lits dédiés, rappelle l’ARS. Neuf autres établissements hospitaliers de second ligne sont également mobilisés au cas où le nombre de cas viendrait à progresser plus massivement. Dès ce week-end, les six établissements en première ligne pourront réaliser les prélèvements oraux pharyngés jusqu’alors menés au centre de référence basé à Lyon et surchargé. « Quatre cents prélèvements pourront y être réalisés dès ce week-end », indique Serge Morais, rappelant qu’en cas de symptômes ou de doutes sur une possible contamination, il ne faut pas se rendre aux urgences ou chez le médecin mais appeler le 115, chargé d’orienter les patients.