Non, des cas de coronavirus n’ont pas été cachés dans des hôpitaux lorrains

FAKE OFF Une rumeur affirme à tort que des cas de coronavirus auraient été pris en charge dans un hôpital de Forbach (Moselle) mais cachés au public

A.O.

— 

Le post Facebook viral relayant une intox sur le coronavirus en Lorraine.
Le post Facebook viral relayant une intox sur le coronavirus en Lorraine. — capture d'écran/Facebook
  • Sur les réseaux sociaux, une rumeur inquiète certains lorrains.
  • A l'en croire, des cas suspects de patients potentiellement atteints du coronavirus auraient été pris en charge au sein d'un hôpital de Forbach (Moselle).
  • La direction de l'établissement a toutefois démenti. 

Si dix-huit cas de coronavirus (et deux décès) ont été déclarés à ce stade en France – où « l’épidémie arrive », selon Emmanuel Macron –, certains internautes s’inquiètent de cas qui seraient volontairement cachés au public.

La capture d’écran d’un échange Snapchat entre deux utilisateurs à ce propos connaît ainsi un grand succès sur Facebook depuis sa mise en ligne, mercredi 26 février. En réponse à un extrait de titre d’article (« Coronavirus : neuf cas suspects hospitalisés au CHRU de Nancy »), l’un d’eux affirme : « [Ce n’est] pas qu'à Nancy, à [l'hôpital] Marie-Madeleine, à Forbach, là où ma tante travaille, y a trois cas de coronavirus mais personne ne le dit. Les employés ont interdiction de le dire aux médias, etc ».

Le post Facebook viral relayant une intox sur le coronavirus en Lorraine.
Le post Facebook viral relayant une intox sur le coronavirus en Lorraine. - capture d'écran/Facebook

Il s’agit toutefois d’un mélange informations véridiques (mais incomplètes) et d’une intox.

FAKE OFF

Plusieurs cas suspects ont bien été traités au Centre hospitalier région universitaire (CHRU) de Nancy (Meurthe-et-Moselle) cette semaine. Si celui-ci n’a pas donné suite aux sollicitations de 20 Minutes, nos confrères de France Bleu Meurthe-et-Moselle rapportaient, hier, que les tests au coronavirus des malades hospitalisés dans l’établissement avec cette suspicion se sont révélés négatifs.

L’infectiologue Christian Rabaud indiquait en outre que les patients suspects étaient reçus « en permanence » mais qu’il n’y avait « aucun cas dans la région » tandis que le Républicain Lorrain soulignait que les onze personnes prises en charge à Nancy – incluant le CHRU – s’étaient révélées négatives.

Quant à la rumeur de cas cachés à l’hôpital Marie Madeleine de Forbach (Moselle) – qui n’a pas donné suite à nos sollicitations –, elle avait été démentie dès mercredi dans les colonnes du Républicain Lorrain par la direction de l’établissement : « Nous n'avons eu aucun cas suspect jusqu'à présent, et nous n'avons rien à cacher. »