VIDEO. Avec son association Règles Elémentaires, Tara, 26 ans, lutte contre la précarité menstruelle

ILS FONT LE MONDE DE DEMAIN Tara Heuzé-Sarmini, 26 ans, a fondé la première association française de lutte contre la précarité menstruelle, qui collecte des produits d’hygiène intime à destination des femmes dans le besoin

Charlotte Murat

— 

Tara Sarmini-Heuzé a fondé Règles Elementaires quand elle avait 21 ans.
Tara Sarmini-Heuzé a fondé Règles Elementaires quand elle avait 21 ans. — C. Murat/20 Minutes
  • Ils ont moins de 30 ans et ont des initiatives positives pour le monde de demain.
  • Ce mercredi, Tara Heuzé-Sarmini, fondatrice et présidente de Règles Elémentaires, la première association française de lutte contre la précarité menstruelle.
  • Elle a lancé sa première collecte fin 2015, alors qu’elle était encore étudiante. Le succès fut tel que l’association est née. Après 1,5 million de produits collectés en quatre ans, l’association a des promesses de dons de 3,5 millions de produits pour la seule année 2020.

Ils sont encore étudiants ou déjà dans la vie active, bénévoles, chercheurs, salariés, à leur compte, ont monté une entreprise ou une association. Grâce à eux, le futur sera meilleur. 20 Minutes a décidé de donner la parole à des jeunes de moins de 30 ans dont les actions ont un effet bénéfique sur le monde de demain. Premier volet de cette série avec Tara Heuzé-Sarmini, 26 ans, présidente et fondatrice de Règles Elémentaires, la première association française de lutte contre la précarité menstruelle.

A voir son cursus universitaire, c’est une tronche. Tara Heuzé-Sarmini est diplômée d’un double master en Economie à Sciences Po et Affaires internationales à Columbia (New York) et d’un master en Finance à l’université de Cambridge (Angleterre). Mais c’est au service des autres qu’elle met ses talents. A 26 ans, elle est la présidente et fondatrice de Règles Elémentaires, la première association française de lutte contre la précarité menstruelle.

Avec 28 autres bénévoles et un salarié de l’association, elle organise des collectes de produits d’hygiène intime. Une idée qui est née alors qu’elle était étudiante à Cambridge, en 2015 : « Une collecte était organisée sur le campus. Ça a été pour moi un choc de me rendre compte que je ne m’étais jamais posé la question de comment font les femmes qui sont à la rue quand elles ont leurs règles. »

Le succès de la première collecte

De retour en France, elle interroge ses proches et des professionnels de santé. Comme elle, personne ne s’était jamais posé la question. Pourtant, on estime à 1,7 million le nombre de femmes en situation de précarité menstruelle. « Je me suis alors dit qu’il y avait deux explications possibles. Soit il n’y a pas de besoin et c’est parfaitement pris en charge par les pouvoirs publics et donc c’est un non-sujet. Soit il y a un énorme tabou. J’ai fait mes petites études de terrain, j’ai contacté divers foyers d’hébergement en Ile-de-France, le Samu social de Paris… Tous me disaient : "Les stocks sont à zéro, c’est impossible pour nous de collecter ce type de produits. Donc si vous souhaitez organiser une collecte, on est preneur." »

Le message est passé et la première collecte organisée au sein de Sciences Po, où Tara est étudiante, fin novembre 2015 : « Hasard du calendrier, c’est tombé en même temps que le deuxième examen de ce qu’on a appelé à l’époque la "taxe tampon". Des journalistes ont eu vent de la collecte et on a reçu des colis de la France entière et même de Français vivant à l’étranger. On a collecté au total environ 30.000 produits. »

1,5 million de produits collectés en quatre ans

Forte de ce succès et de plus en plus sollicitée par des gens désireux d’organiser eux-mêmes des collectes, Tara décide de créer une association. Les statuts de Règles Elémentaires sont déposés en avril 2016 : « Nous avons créé une plateforme de mobilisation citoyenne qui permet à tout un chacun d’organiser sa propre collecte en quelques clics. Nous avons fait le choix éthique et moral de ne pas assurer la redistribution pour ne pas démultiplier les points de contact pour les femmes dans le besoin et parce que les produits d’hygiène intime ont attrait à l’intimité et ça emmène sur tout un terrain de santé sexuelle et reproductive et aux questions médicales qui en résultent. Donc c’était important pour nous que ça soit vraiment du personnel médico-social qui puisse répondre aux demandes des bénéficiaires. »

Plus de 1,5 million de produits ont ainsi été collectés entre fin 2015 et fin 2019. Les prévisions sont deux fois plus importantes pour la seule année 2020 : « Nous avons passé des partenariats avec des géants du secteur et avons des promesses de dons de 3,5 millions de produits », se réjouit-elle.

« Il y a une réelle prise de conscience politique »

La jeune femme gérait l’association en parallèle de ses études puis de son début de carrière professionnelle. « J’ai travaillé pour Règles Elémentaires depuis New York où je faisais un master. J’ai travaillé le soir et le week-end, je n’ai pas beaucoup dormi ces dernières années », explique Tara. Mais pour quel succès ! Car si le gouvernement a annoncé mi-février l’expérimentation de distribution gratuite de protections hygiéniques à destination des femmes précaires, c’est en grande partie grâce au travail de Règles Elémentaires. « Il y a une réelle prise de conscience politique depuis deux ans. Nous avons été auditionnés dans le cadre du rapport de la sénatrice Patricia Schillinger (LREM) puis dans celui du  rapport parlementaire de Bénédicte Taurine (LFI) et Laëtitia Romeiro Dias (LREM). Mais cela fait surtout plusieurs mois qu’on travaille en collaboration étroite avec le ministère des Solidarités et de la Santé et plus particulièrement la DGCS (Direction générale de la Cohésion sociale) qui nous a octroyé une subvention de 60.000 euros. L’expérimentation lancée par le gouvernement est une vraie victoire. On a prêché dans le désert pendant très longtemps et maintenant on a des résultats très concrets. Maintenant on va voir ce que ça donne et si l’expérimentation est reconduite. »

D’une simple initiative étudiante, Règles Elémentaires est devenu en quatre ans un partenaire politique de la lutte contre la précarité menstruelle. Tara, qui entre-temps a terminé ses études et a commencé à travailler pour un géant de VTC, a démissionné pour se consacrer à 100 % à son association, « au moins pour les douze ou dix-huit prochains mois ». « Comme le dit mon trésorier, nous avons l’opportunité de transformer un oisillon en aigle. Il ne faut pas laisser passer cette chance », dit-elle. Et ensuite ? « Ensuite, on verra. Je dis souvent que mon plus grand rêve est que Règles Elémentaires n’existe plus, parce que cela signifiera que l’on aura réglé le problème et que la précarité menstruelle n’existera plus. »