Violences conjugales : Derrière la plainte, le travail des enquêteurs dans l'intimité des couples

REPORTAGE Comment les policiers de la brigade locale de protection de la famille de Saint-Denis enquêtent-ils sur les violences conjugales ? « 20 Minutes » les a suivis

Caroline Politi

— 

Dans les bureaux de la Brigade locale de protection de la famille de Saint-Denis
Dans les bureaux de la Brigade locale de protection de la famille de Saint-Denis — Caroline Politi/20 Minutes
  • A Saint-Denis, le nombre de procédures ouvertes pour des violences conjugales a augmenté de 15 % entre 2018 et 2019.
  • Un important travail de sensibilisation a été mis en place pour faciliter l’accès à la plainte.
  • En 2019, selon les chiffres transmis par la préfecture, le taux d’élucidation dans les dossiers de violences conjugales dépassait les 41 % à Saint-Denis, soit 10 points de plus qu’en 2018.

A peine assis derrière son bureau, Philippe Cisé s’excuse. Ce mercredi, les six autres policiers de la brigade locale de protection de la famille (BLPF) de Saint-Denis n’arriveront qu’en fin de matinée. « La garde à vue d’hier s’est terminée très tard. » Pendant six heures, ces fonctionnaires spécialisés dans les violences conjugales ont auditionné un homme soupçonné de violences physiques et psychologiques ainsi que de viols sur son épouse. Dans les locaux de la brigade – deux pièces aussi vétustes qu’exiguës au premier étage du commissariat –, le mis en cause a fini par reconnaître une partie des faits tout en cherchant à minimiser. « C’est fréquent dans ce genre de dossier, assure le jeune lieutenant, à la tête du groupe depuis cinq mois. Des phrases comme "on se dispute comme dans tous les couples","je l’ai juste bousculé", "elle m’a poussé à bout" reviennent régulièrement. » L’homme, présenté à un juge d’instruction, a été placé en détention provisoire.

Dans cette commune, les procédures pour violences conjugales ont augmenté ces dernières années : 466 en 2019*. Soit 15 % de plus qu’en 2018. Le commissaire-divisionnaire Laurent Mercier, à la tête du commissariat, y voit assurément un effet de la libération de la parole mais également celui d’un travail de sensibilisation au sein de ses équipes. Les femmes sont encouragées à porter plainte plutôt qu’à déposer une main courante, même si cela n’empêche pas la poursuite des investigations. En mai 2019, une permanence hebdomadaire a été mise en place à la Maison des femmes pour accompagner les plus fragiles dans leurs démarches. S’il sait que des phrases maladroites dissuadent encore certaines de pousser la porte d’un commissariat, il déplore la stigmatisation du travail de la police par certaines associations féministes. « Des progrès peuvent encore être faits, indéniablement. On y travaille. Mais il est illusoire de croire que la police peut faire sa révolution en deux ans alors que le machisme et le patriarcat existent dans notre société depuis toujours. »

« On est obligé de prioriser »

Mais comment enquêter dans ces affaires qui se passent généralement dans le huis clos familial ? Comment recueillir suffisamment d’éléments pour matérialiser ces violences lorsque des victimes ont pris soin de dissimuler leur calvaire ? A la BLPF, toutes les journées commencent de la même manière : chaque nouveau dossier est minutieusement étudié pour évaluer l’urgence de la situation. Antécédents, contexte familial, faits décrits… « On est obligé de prioriser, on n’est que sept, on ne peut pas faire autrement », déplore Philippe Cisé tout en reconnaissant une « grande responsabilité » de cette tâche qui lui incombe. Aux plaintes – deux à trois chaque jour à Saint-Denis – s’ajoutent les signalements des proches sur le numéro dédié – le 3919 – ou sur la plateforme Internet ainsi que les enquêtes ouvertes après une intervention de police-secours à la suite d’un appel d’un voisin (600 en 2019).

« La majorité relate des violences qui durent depuis des mois, souvent des années. Ça atteint parfois un niveau inouï », insiste le commandant-divisionnaire Denis Leroux qui passe chaque jour en revue toutes les plaintes du commissariat afin de les répartir entre les différents services. Et de citer l’exemple de cette femme de 23 ans, originaire du Bangladesh, qui s’est présentée en début de semaine après avoir été brûlée par son mari au niveau de la poitrine avec une braise en « signe d’appartenance ». S’il y a autant d’histoires que de plaintes, beaucoup reposent sur un déclic. Un coup plus fort que l’autre, pendant la grossesse ou devant les enfants.

Unité médico-judiciaire et témoignages de proches

Les plaignantes sont systématiquement envoyées dans une unité médico-judiciaire afin de faire constater les violences physiques, mais également psychologiques. « Lorsqu’on n’a pas de témoins directs, on va chercher des personnes à qui elles se sont confiées, on entend les enfants, les voisins, les collègues », précise Marine, arrivée à la brigade l’an dernier. Parfois, le secret est si bien gardé qu’il faut multiplier les pistes.

A l’instar de cette femme qui, après des mois d’hésitation, a porté plainte contre son mari : elle l’accuse de l’avoir frappée l’année dernière avec un pied-de-biche. Les enquêteurs ont retrouvé trace de son hospitalisation mais pour un motif tout autre : à son admission, elle a indiqué avoir chuté dans les escaliers. « On a fait des recherches sur les lésions pour prouver qu’elles n’étaient pas compatibles avec les propos de l’époque, on a réussi à retrouver le témoignage d’une psychologue à qui elle s’était confiée », énumère le chef de la brigade, tout en reconnaissant qu’en l’absence d’éléments matériels ou d’aveux certaines enquêtes sont classées sans suite.

A eux également de démêler le vrai du faux. Certaines accusations se révèlent exagérées voire totalement infondées, souvent dans le cadre de divorce conflictuel. En 2019, selon les chiffres transmis par la préfecture, le taux d’élucidation dans les dossiers de violences conjugales dépassait les 41 % à Saint-Denis, soit 10 points de plus qu’en 2018.

« Il y a beaucoup d’autocensure »

Tous les professionnels le disent, les violences conjugales n’épargnent aucune couche de la société mais à Saint-Denis la précarité d’une partie de la population – le taux de pauvreté est de 35,4 % contre 14,3 % en France métropolitaine – entraîne des difficultés supplémentaires. Malgré le travail des associations, certaines femmes sans emploi et sans diplôme craignent de quitter le domicile familial. D’autres, en situation irrégulière ou parlant mal le français n’osent pas pousser la porte du commissariat. « Il y a beaucoup d’autocensure », confirme le lieutenant Cisé. Les fonctionnaires ne comptent plus le nombre de fois où ils ont expliqué que le devoir conjugal n’existait pas. « Souvent, elles nous racontent leur histoire et ne sont pas conscientes de toutes les violences qu’elles subissent. Physiques, psychologiques, économiques… », précise Héloïse**, affectée à Saint-Denis il y a six mois.

Ressentent-ils parfois de la frustration voire du découragement lorsque certaines femmes refusent de participer à l’enquête ou retirent leurs plaintes ? S’il sait bien que la prise de conscience peut être sinueuse, le chef de la brigade admet parfois avoir l’impression d’en aider certaines « contre leur gré ». A l’instar de cette femme, sous le coup d’une ordonnance de protection, qui a récemment appelé le commissariat pour savoir si elle pouvait partir en week-end avec son ex-compagnon. Ou cette autre, blessée au visage par le jet d’une bouteille en verre, qui a menti à chaque audition alors même que son compagnon a reconnu les violences. « On se rassure en se disant que les investigations se poursuivent et qu’on agit pour elles, qu’elles en soient conscientes ou non », sourit Marine.

*Chiffres donnés par la préfecture.

** Le prénom a été changé à la demande de l’intéressée.