Pyrénées : L’incroyable sauvetage en montagne de trois jeunes qui ont (un peu) oublié que c’était l’hiver

MIRACULES Trois jeunes vacanciers parisiens sont miraculeusement sortis indemnes d'une randonnée dans les Pyrénées, sans matériel adapté à l'hiver. Récit d'un sauvetage nocturne

Hélène Ménal

— 

Des traces de pas dans la neige.
Des traces de pas dans la neige. — Felix Mittermeier - PixaBay
  • Trois Parisiens de 18 ans ont décidé de bivouaquer mercredi sur les hauteurs de Luchon dans les Pyrénées.
  • Faute d’équipement adapté, la randonnée a viré au cauchemar.
  • Elle s’est bien terminée par un sauvetage périlleux opéré par les gendarmes du Peloton de gendarmerie de haute montagne.

Ils ont 18 ans, l’insouciance de leur jeunesse, l’habitude des acrobaties urbaines à Paris et soif d’aventure. Trois jeunes vacanciers ont eu probablement la peur de leur vie mercredi soir avant d’être hélitreuillés, frigorifiés, par un équipage du Peloton de gendarmerie haute montagne (PGHM) de Luchon, dans les Pyrénées haut-garonnaises.

« Ils sont venus en stop et avaient l’intention de faire un beau bivouac sur un sommet, vers 3.000 mètres, probablement au Pic des Spijeoles [au-dessus du beau lac gelé d’Oô] avec vue à 360 degrés », raconte le major Sébastien Lucéna, le chef d’unité.

Ni crampons, ni corde

Sauf que cet hiver, décidément trop doux, les a leurrés. « Ils avaient une tente, de gros sacs à dos avec de bons vêtements chauds, poursuit le gendarme. Mais aux pieds, deux avaient des chaussures de randonnées d’été, le troisième de simples baskets ». A priori de quoi entamer la montée quand le soleil brille, qu’il fait parfois 20 °C, et qu’on se cale dans les traces des randonneurs précédents comme on s’appuierait sur des marches d’escalier.

Mais pas quand le froid hivernal revient, que les plaques de neiges se font plus nombreuses, et que la pente devient une patinoire verticale. Sans crampons, ni corde, ni piolet, les trois amis se sont retrouvés « bloqués, comme un chat dans un arbre, sans pouvoir ni monter, ni descendre ».

Une bonne leçon

Le téméraire trio a donné l’alerte vers 21h. Via le numéro d’urgence 112 dans cette zone où le réseau est aléatoire. L’hélicoptère du détachement aérien de gendarmerie (GAG) de Tarbes a décollé à 21h30, par « nuit noire », avec des jumelles à vision nocturne pour repérer les lampes frontales des jeunes.

Les sauveteurs du PGHM ont dû être d’abord hélitreuillés pour rejoindre les randonneurs et progresser lentement avec eux. A 0h30, tout le monde était rentré sain et sauf à la base. « On leur a prêté une chambre, ils ont dormi jusqu’à 10 h30 le lendemain », précise le major Lucéna. A leur réveil, il les a retenus deux heures de plus, « pour une petite discussion ». « Une chute aurait pu avoir des conséquences terribles », rappelle le gendarme qui, sans rancune, espère avoir suscité chez eux des vocations de sauveteur en montagne.