C’est l’heure du BIM : Législatives en Iran, lutte contre les punaises de lit et actions contre la fermeture de Fessenheim

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)…

X.M.

— 

Un bureau de vote à Téhéran le 21 février 2020.
Un bureau de vote à Téhéran le 21 février 2020. — Vahid Salemi/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

En Iran, les conservateurs favoris des élections législatives

Quelque 58 millions d’Iraniens ont commencé à élire un nouveau Parlement ce vendredi pour un scrutin où les conservateurs partent favoris. Il faut dire que la crise économique nourrit un ressentiment populaire contre le président modéré Hassan Rohani. Surtout, le contexte de ce vote est particulier. La nouvelle législature commencera son travail dans un cadre de tensions exacerbées entre Téhéran et Washington. Cela a contribué à la défiance de la population, principalement après que les forces armées iraniennes eurent abattu « par erreur » un avion de ligne ukrainien, il y a près d’un mois et demi.

Le monde politique se saisit enfin du fléau des punaises de lit

Trouver une solution contre la prolifération de cet insecte semble faire l’unanimité de la classe politique. A gauche, une députée insoumise a érigé en combat la lutte contre les punaises de lit. Dans la majorité, un ex-candidat à la mairie de Paris a partagé son expérience douloureuse. Le ministère du Logement vient donc de lancer un plan de lutte face à la recrudescence de ces parasites. Alors que les punaises de lit avaient pratiquement été éradiquées en France au milieu du XXe siècle, les chiffres remontés par les professionnels de leur extermination montrent que 400.000 sites, dont non seulement des logements mais aussi des hôtels, ont été traités en 2018, dernière année de référence, soit presque un tiers de plus que l’année précédente. Le gouvernement lance donc vendredi une campagne d’information, avec un numéro (0.806.706.806) et un site ( stop-punaises.gouv.fr) dédiés.

Des salariés de Fessenheim menacent de ne pas arrêter le réacteur

Dans le dossier de la centrale nucléaire de Fessenheim, les délais vont-ils pouvoir être respectés ? Si le compte à rebours est bel et bien lancé, des salariés du site menacent de désobéir et de ne pas appliquer les procédures d’arrêt du réacteur N.1, qui doit être définitivement mis hors service dans la nuit de vendredi à samedi. D’autres de leurs collègues jugent cependant que ce serait « impensable ». Réponse donc dans moins de 24 heures.