Toulouse : Comment un vendeur de sushis a fait tomber deux policiers pour corruption

ENQUETE Deux policiers toulousains dorment en prison depuis lundi. Ils auraient soutiré de l’argent à un livreur de sushis pris en excès de vitesse. Mais ce dernier a fourni une preuve solide

Hélène Ménal

— 

Lors d'un contrôle de police sur la rocade Arc-en-Ciel, à Toulouse. Illustration.
Lors d'un contrôle de police sur la rocade Arc-en-Ciel, à Toulouse. Illustration. — B. Colin / 20 Minutes
  • Deux policiers affectés au commissariat de Colomiers, près de Toulouse, ont été écroués après avoir été mis en examen pour corruption.
  • Ils sont soupçonnés d’avoir soutiré de l’argent à un livreur de sushis pris en excès de vitesse.
  • Une information judiciaire a été ouverte pour déterminer notamment s’il s’agit d’un faux pas ou d’une habitude.

Les deux policiers toulousains ont été conduits tout droit à la maison d’arrêt lundi soir, après avoir été mis en examen pour corruption​. Dominique Alzeari, le procureur de la République de Toulouse, donne ce mardi davantage de détails sur « les faits d’une particulière gravité » qui ont mené à l’interpellation samedi d’un gardien de la paix et d’un brigadier affectés au commissariat de Colomiers.

A l’origine de l’affaire, un livreur de sushis qui s’est présenté avec son patron au commissariat dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 février pour déposer plainte. L’homme indique qu’il a été pris en excès de vitesse et que deux des policiers présents sur le dispositif de contrôle lui avaient proposé de leur remettre une somme d’argent – « plusieurs centaines d’euros », précise le magistrat – en contrepartie de l’absence de verbalisation.

Enregistrement audio du chantage

Et pour étayer ses dires, le livreur produit aux enquêteurs « un enregistrement audio des échanges ayant conduit à cette remise de fonds illicite ».

Placés séparément en garde à vue, les policiers ont « reconnu » les faits et s’être partagé l’argent de « ce pacte de corruption ».

Un préjudice « à l’ensemble de la corporation »

L’affaire a été confiée à un juge d’instruction qui va poursuivre l’enquête mais aussi, ajoute le procureur de la République, devoir « déterminer l’ampleur exacte de ces errements qui pourraient s’avérer réitérés ».

Un coup dur pour la police. « Cette affaire regrettable et malheureuse va porter préjudice à l’ensemble de la corporation », déplore Didier Martinez, secrétaire régional du syndicat Unité SGP-Police en Occitanie, qui ne veut pas commenter le fond de ce dossier « rarissime ». « Cela tombe dans des circonstances déjà difficiles pour les forces de l’ordre et va rendre encore plus délicat le travail des collègues sur le terrain en apportant de l’eau au moulin de ceux qui les stigmatisent », ajoute-t-il.