Disneyland Paris pourra construire un troisième parc d’attractions jusqu’en 2036

LOISIRS Un avenant à la convention établie en 1987 prolonge de dix ans la possibilité de créer un troisième parc à Marne-la-Vallée

H. B.

— 

Illustration du parc Disneyland
Illustration du parc Disneyland — ERICBEN/SIPA

Après Disneyland et Walt Disney Studios, y aura-t-il bientôt un troisième parc à Marne-la-Vallée ? La réalisation d’une troisième aire d’attractions est aujourd’hui envisageable grâce à un nouvel avenant inclus dans la convention signée en 1987 entre l’Etat, la région, le département, la RATP, l’aménageur public EpaFrance et Euro Disney, indique Le Parisien.

Le conseil départemental de Seine-et-Marne a adopté le 7 février dernier cet avenant à la convention, le premier depuis septembre 2010. Il y est précisé que la possibilité de décider la réalisation d’un troisième parc est portée jusqu’en 2036 au lieu de 2026.

Un seuil d’au moins 22 millions de visiteurs annuels

L’aménageur public EpaFrance « pourra commercialiser les terrains non utilisés du site de l’Érable », indique l’avenant. Cette zone est située à l’est du boulevard circulaire, sur les territoires de Magny-le-Hongre et Bailly-Romainvilliers.

L’avenant, qui n’a pas encore été signé par toutes les parties, précise par ailleurs que cette échéance de 2036 pourra à nouveau faire l’objet d’un avenant « jusqu’à la date à laquelle un seuil d’au moins 22 millions de visiteurs annuels aura été atteint par les deux parcs existants [la fréquentation annuelle moyenne actuelle est de 15 millions], étant entendu qu’en pareil cas, la réalisation de cette troisième attraction majeure devra être prévue dans un programme détaillé signé au plus tard le 23 mars 2040 ».

Ce délai vise également « à accompagner le développement touristique d’Euro Disney qui a annoncé un investissement de 2 milliards d’euros » ainsi que « le développement urbain pour la construction de 1.800 logements supplémentaires et 250 unités de résidence, initialement prévus dans des secteurs hors du périmètre Disney, ainsi que 450 logements spécifiques supplémentaires dédiés aux salariés de Disney », précise l’avenant.