Réformes des retraites : EDF a déposé « 80 ou 90 plaintes » pour des coupures de courant

PROTESTATION « Les coupures de courant, il faut les condamner », a estimé le PDG d'EDF

J.-L.D. avec AFP

— 

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Levy
Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Levy — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Levy, a assuré ce dimanche que « 80 ou 90 plaintes » avaient été déposées « là où il y a eu des coupures » d’ électricité pendant la mobilisation contre la réforme des retraites qui a commencé le 5 décembre.

« Les coupures de courant, il faut les condamner, les Français ont droit à avoir de l’électricité en permanence », a estimé Jean-Bernard Levy sur Europe1/CNews/les Echos, précisant que « certaines de ces coupures ont touché des maisons de retraite, des cliniques, des hôpitaux ».

Un dépot de plainte systématique

« Le dépôt de plainte d’EDF est systématique », a-t-il ajouté, observant par ailleurs que le coût des grèves, coupures, blocages et baisses de charge avait été « absorbé à l’intérieur (des) comptes » du groupe.

Interrogé sur la situation actuelle, après plus de deux mois de mouvement social, il a expliqué que « l’heure est à la concertation pour accompagner des discussions qui ont lieu actuellement au Parlement sur la loi sur les retraites ».

Un régime doublement spécial

Il a rappelé qu’EDF bénéficie actuellement d’un « régime de retraite spécial, deux fois spécial : parce que ce n’est pas le régime général et parce qu’il ne coûte rien aux Français ». Ce régime est selon lui « équilibré, ni excédentaire, ni bénéficiaire ».

« L’entreprise paye chaque année la différence entre le régime général et le régime spécial », a-t-il ajouté, souhaitant « prolonger ce système ».

Le projet de loi transformant le système de retraites en régime universel par points arrive lundi en séance plénière à l’Assemblée nationale. L’Intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires, qui réclame son retrait, a appelé à une dixième journée d’actions interprofessionnelle mercredi.